•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdiction de porter l'uniforme en public à Ottawa-Gatineau : une mesure exceptionnelle

Un soldat porte l'uniforme avec le drapeau canadien sur l'épaulette, à la base d'Edmonton, le 6 mars 2014.

Le reportage du journaliste Jean-François Chevrier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aucun militaire en uniforme n'était visible dans les rues d'Ottawa-Gatineau, jeudi, au lendemain de l'attaque armée au parlement et au Monument commémoratif de guerre.

Les militaires se sont pliés à la consigne, destinée aux troupes de la capitale nationale, du chef d'état-major de la Défense, TJ Lawson, « de ne pas porter leur uniforme lorsqu'ils ne sont pas en service ou ailleurs qu'à leurs lieux de travail. »

Il s'agit d'une mesure temporaire, qui « n'a pas été donnée à la légère », a souligné le chef d'état-major.

« Le port de l'uniforme lors des déplacements recommencera aussitôt que possible. »

— Une citation de  TJ Lawson, chef d'état-major de la Défense

Les Forces canadiennes veulent ainsi éviter que les soldats soient pris pour cibles, comme ce fut le cas de l'adjudant Patrice Vincent, à Saint-Jean-sur-Richelieu, et du caporal Nathan Cirillo à Ottawa.

Un mot d'ordre a également été donné aux militaires de ne pas parler officiellement aux médias.

À micro fermé cependant, des soldats du Manège militaire de la place Cartier, à Ottawa, faisaient part d'une certaine frustration envers cette mesure.

Certains estiment que le port de l'uniforme est une fierté pour eux et que l'image des Forces canadiennes en sort affaiblie.

Le major général à la retraite, Richard Blanchette, croit pour sa part que les militaires doivent rester fiers, malgré les conséquences de la tragédie.

« C'est un défi absolument extraordinaire d'être sous les drapeaux canadiens et ils doivent en être fiers. »

— Une citation de  Richard Blanchette, major général à la retraite

« Je pense que tous les Canadiens qui sont en uniformes, et les Canadiens qui regardent ceux qui sont en uniforme, sont quand même fiers de la réaction globale que nous avons aujourd'hui », souligne-t-il.

Les activités des cadets sont annulées pour une période indéterminée.

Avec les informations de Jean-François Chevrier

Une décision sage, selon un expert

De son côté, le major à la retraite et professeur à l'Université du Québec en Outaouais (UQO), Dave Blackburn, estime « qu'à court terme, c'est une décision qui est sage ».

Il reconnaît cependant la notion « de l'uniforme qui fait partie intégrante de l'identité du militaire. »

« C'est beaucoup plus important de préserver les vies des militaires, qu'il n'y ait pas d'autres incidents. Une fois qu'on aura plus de précisions, les choses reviendront à la normale. »

— Une citation de  Dave Blackburn, major à la retraite et professeur à l'Université du Québec en Outaouais (UQO)

Le spécialiste en santé mentale des militaires et des vétérans souligne par ailleurs que des cérémonies auront lieu bientôt dans le cadre du jour du Souvenir.

Selon lui, les mesures de sécurité devront être rehaussées.

« Il faudra agir avec prudence et s'assurer que le 11 novembre ne devienne pas un événement où on pourra exposer les militaires, les vétérans et la population civile qui participe aux cérémonies », note-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !