•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tireur au parlement d'Ottawa aurait séjourné dans un refuge de la capitale nationale

La Mission d'Ottawa offre des services aux sans-abri. (13-10-14)

La Mission d'Ottawa offre des services aux sans-abri. (13-10-14)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une bonne dizaine de témoins ont rapporté avoir vu le tireur, qui a ouvert le feu au Monument commémoratif de guerre puis au parlement, à la Mission d'Ottawa depuis une ou deux semaines. L'organisme offre des services aux sans-abri.

John Clothier, qui aurait côtoyé Michael Zehaf-Bibeau (Nouvelle fenêtre), a déclaré à CBC que ce dernier avait l'air tout à fait normal, mais que son comportement était « bizarre ». Par exemple, il portait toujours un keffieh noir et blanc et disait aux autres de prier cinq fois par jour parce que la fin du monde approchait.

M. Clothier affirme aussi que M. Zéhaf-Bibeau tentait « désespérément » d'obtenir de l'aide pour se procurer une nouvelle automobile. Il disait que la sienne ne fonctionnait plus.

Des témoins disent avoir également vu un déploiement policier, mercredi soir, dans les locaux de la Mission d'Ottawa.

Les agents auraient saisi des biens qui appartiendraient au tireur, Michael Zehaf-Bibeau.

Informations non confirmées

Le directeur adjoint de la Mission d'Ottawa, Peter Tilley, ne confirme ni n'infirme ces informations, par respect de la vie privée de sa clientèle.

L'organisme souligne qu'il collabore avec la police municipale et la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

De son côté, le chef de la police d'Ottawa, Charles Bordeleau, souligne que l'enquête est entre les mains de la GRC et que c'est à elle de faire le suivi.

D'après les informations de CBC et Michel-Denis Potvin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !