•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper promet de renforcer les pouvoirs des agences de sécurité et de renseignement

Des policiers ont arrêté un homme près du Monument de guerre au moment où le premier ministre Harper y déposait une gerbe de fleur à la mémoire du soldat tué mercredi.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le premier ministre Stephen Harper a promis à la Chambre des communes d'accélérer le processus déjà lancé par son gouvernement pour accroître le pouvoir de ses agences de renseignement et des services de sécurité. 

Les deux attentats terroristes commis cette semaine au pays sont survenus au moment même où le gouvernement s'apprêtait à déposer en Chambre un projet de loi modifiant la loi sur les services de renseignement.

Ironiquement, ce sont ces attentats terroristes qui ont empêché le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, de déposer le projet aux Communes. 

Le projet de loi ne sera cependant pas déposé aujourd'hui.

« La semaine dernière, nous avons proposé des modifications à la loi encadrant les services de renseignements », a rappelé Stephen Harper lors d'une allocution en Chambre ce matin.

Nos lois et nos pouvoirs policiers doivent être renforcés lorsqu'il est question de surveillance et d'arrestation, les policiers doivent avoir plus de pouvoirs, et ce travail qui est déjà en cours sera accéléré.

Stephen Harper, premier ministre du Canada

Un processus déjà en cours

Dans les cartons du ministre de la Sécurité publique depuis un moment déjà, ce projet de loi prévoit augmenter les pouvoirs des services de renseignement afin de contrer aussi à l'étranger les menaces terroristes auxquelles fait face le Canada.

Pour ce faire, Ottawa compte modifier la loi de 1984 sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) pour clarifier le mandat du service afin de renforcer sa capacité de mener des enquêtes sur les menaces à l'extérieur du Canada.

Nous sommes tous troublés par le fait que les deux attentats terroristes de cette semaine étaient le fait de citoyens canadiens. De jeunes hommes qui sont nés ici, qui ont grandi ici.

Stephen Harper, premier ministre du Canada

« Ces outils permettront, en fin de compte, au SCRS de mener des enquêtes à l'égard de terroristes potentiels lorsqu'ils voyagent à l'étranger, ce qui signifie que ces personnes feront l'objet d'un suivi, d'une enquête et, finalement, d'une poursuite. », a déclaré récemment le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney.

En vertu de la loi de 1984, le SCRS peut déjà recueillir à l'étranger des renseignements sur des menaces présumées à la sécurité nationale.

Le ministre Blaney n'a pas précisé quels nouveaux pouvoirs exactement il entend donner aux services d'espionnage canadiens et aux agences de sécurité du pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique