•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions en Atlantique au lendemain de la fusillade à Ottawa

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Tout le pays a été secoué par un deuxième soldat canadien tué en trois jours mercredi matin. Les réactions sont aussi nombreuses en Atlantique, même si la situation revient tout doucement à la normale dans les rues d'Ottawa après une journée chaotique.

Afin de commémorer l'attaque de lundi à Saint-Jean-sur-Richelieu et la fusillade de mercredi à Ottawa, tous les drapeaux sur les établissements fédéraux dans le pays sont mis en berne.

Voici quelques réactions :

Le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin, était au caucus de son parti lors des événements.

« Le gardien de sécurité est entré dans la salle en courant et en fermant la porte en nous disant "jetez-vous par terre". Ça s'est fait et produit très vite, et en même temps les coups de fusil sortaient, pareil comme des mitraillettes. C'était quelque chose. »

Dominic LeBlanc, député libéral de Beauséjour, qui était au parlement canadien lors de la fusillade.

« On était une dizaine de députés et quelques adjoints enfermés dans une pièce jusqu'à la fin de l'après-midi. Les policiers ne nous ont pas laissé sortir [... ] On est sorti vers 21 h hier soir. »

Michel Potvin a été un collègue de Kevin Vickers, le sergent d'armes de la Chambre des communes, qui a contribué à stopper le tireur présumé. Ce dernier est entré dans le parlement à Ottawa après avoir tué un militaire. Michel Potvin et Kevin Vickers ont travaillé ensemble, notamment lors de la crise de Burnt Church.

« Je crois qu'on peut voir réellement que c'était un très bon policier qui avait une bonne expérience. »

Le témoignage de Rachel Fafard, une Acadienne qui travaille à Ottawa, près des lieux de la fusillade.

« On pouvait voir ce qu'il se passait, mais la police nous avait dit de nous éloigner des fenêtres. Mais il y avait plein de rumeurs qui sortaient que peut-être un suspect était sur un toit quelque part [au centre-ville]. »

Bernard Thériault a côtoyé le sergent d'armes Kevin Vickers pendant la guerre du homard à Burnt Church. Il se souvient de l'homme.

« La capacité de Vickers de rencontrer, de rapprocher les gens. »

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie