•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des musulmans d'ici craignent la stigmatisation

Des ambulanciers transportent un blessé au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

Des ambulanciers transportent un blessé au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

Photo : Presse Canadienne/Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des musulmans québécois et canadiens s'interrogent et s'inquiètent à la suite de la fusillade à Ottawa, hier, et de l'attaque de Saint-Jean-sur-Richelieu, lundi.

Certains, comme Adil Charkaoui, coordinateur du Collectif québécois contre l'islamophobie (CQCI), déplorent que la couverture médiatique tende à stigmatiser les musulmans. Le CQCI affirme que le traitement médiatique « hâtif » de la fusillade à Ottawa et de l'attaque de Saint-Jean-sur-Richelieu contre deux militaires met l'accent sur la religion des deux auteurs.

« Dès les premières heures, plusieurs commentateurs et animateurs ont délibérément occulté une pléthore de causes probables au passage à l'acte des auteurs des deux fusillades pour privilégier exclusivement la conversion à l'islam [...] comme étant la cause principale », a déclaré M. Charkaoui.

Le CQCI estime que les médias répandent des préjugés « islamophobes » et « xénophobes ».

« Les auteurs des fusillades ne sont ni des jeunes radicalisés (25 et 32 ans) ni des immigrants mal intégrés ni des fondamentalistes endoctrinés par les mosquées locales. Pourtant, ces éléments ont été sciemment marginalisés dans la plupart des analyses médiatiques », dit M. Charkaoui, qui accuse le gouvernement conservateur de vouloir faire de la « récupération politique » pour imposer un agenda « belliqueux » au Moyen-Orient.

Tristesse et incompréhension dans le Petit Maghreb

Mercredi soir, au Café Sufir, situé dans le Petit Maghreb de Montréal, plusieurs ont écouté le discours de Stephen Harper.

Hadj Khelil, montréalais de confession musulmane, déplore la fusillade de mercredi. « Pour moi, c'est un acte de barbarie », dit-il. Il craint que les musulmans du Québec ne soient stigmatisés.

« Quand je sors de chez moi, les gens me regardent [...] je doute qu'il se soit passé quelque chose [...] avec ma barbe [...] je sens qu'il y a quelque chose, comme aujourd'hui je suis rentré à une caisse populaire, j'ai senti la peur », dit-il.

De leur côté, des membres de la communauté musulmane de Gatineau et d'Ottawa ont publié une lettre commune, dans laquelle ces derniers condamnent « des actes odieux et lâches ».

« Nous ne devons pas permettre à ces attaques de diviser les Canadiennes et Canadiens » peut-on lire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !