•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai entendu au moins 20 coups de feu » - le député Lamoureux

Le député fédéral de Winnipeg-Nord, Kevin Lamoureux, était dans un édifice du Parlement lors des incidents de mercredi matin à Ottawa.

Le député fédéral de Winnipeg-Nord, Kevin Lamoureux, était dans un édifice du Parlement lors des incidents de mercredi matin à Ottawa.

Photo : archives

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un député fédéral de Winnipeg, Kevin Lamoureux, se trouvait dans un édifice du parlement à Ottawa lorsque les coups de feu ont éclaté mercredi matin.

Après une réunion, M. Lamoureux descendait les escaliers quand les policiers et les forces de sécurité sont intervenus et ont ordonné à tout le monde de quitter les lieux. « Je suis sorti lentement parce que je ne savais pas si c'était une alarme d'incendie. J'ai été l'une des dernières personnes à quitter les lieux », a indiqué le député manitobain.

« Alors que je me trouvais dans le couloir, j'ai entendu au moins 20 coups de feu tirés en rafales rapides. Les gens sortaient alors très rapidement de l'édifice », a aussi ajouté le député fédéral de Winnipeg-Nord, lors d'une entrevue avec Radio-Canada.

Nous savions que c'était des coups de feu. Il y a eu un peu de panique. 

Une citation de :Kevin Lamoureux, député fédéral de Winnipeg-Nord

M. Lamoureux et ses collègues se sont réfugiés dehors, derrière une bibliothèque, et sont demeurés à cet endroit de cinq à dix minutes.

Alors que les policiers recherchaient le tireur, les politiciens ont empilé des chaises pour empêcher l'accès aux lieux. À gauche de la photo en fauteuil roulant, le député Steven Fletcher.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alors que les policiers recherchaient le tireur, les politiciens ont empilé des chaises pour empêcher l'accès aux lieux. À gauche de la photo en fauteuil roulant, le député Steven Fletcher.

Photo : ICI Radio-Canada/Sasa Petricic

« Le cortège du premier ministre a quitté les lieux puis soudainement, quatre ou cinq policiers lourdement armés sont venus à l'arrière et nous ont dit qu'il y avait quelqu'un dehors et qu'ils devaient nous faire quitter la colline. Ils nous ont escortés. Nous avons traversé une zone de construction, un site qui était sécurisé, jusqu'au bas de la colline. J'ai pu entrer dans l'édifice de la Confédération et j'ai été mis en confinement total », a déclaré M. Lamoureux.

« C'est quand même assez énorme »

Au moment des incidents, la directrice générale du Centre culturel franco-manitobain, Sylviane Lanthier, était à Ottawa où elle participe à une réunion de la Fédération culturelle canadienne-française. Elle se trouve dans un hôtel situé rue Laurier Ouest à proximité du parlement.

La directrice générale du Centre culturel franco-manitobain, Sylviane Lanthier, était à Ottawa au moment des incidents.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La directrice-générale du Centre culturel franco-manitobain, Sylviane Lanthier, était à Ottawa au moment des incidents.

Photo : Ici Radio-Canada (archives)

« Parmi les gens qui sont autour de nous [...] il y a des gens qui ont des enfants qui sont à l'Université d'Ottawa, alors les gens voulaient s'assurer que leurs proches étaient en sécurité et que tout va bien. À part ça, je pense que le sentiment c'était surtout une espèce de sentiment d'étonnement quand on se rend compte qu'il y a eu des fusillades au centre Rideau, au château Laurier, au parlement, au cénotaphe, c'est quand même assez énorme. »

Événement annulé à Winnipeg

À Winnipeg, les responsables de la base aérienne ont décidé d'annuler un événement public mercredi. Les membres du public devaient venir saluer les membres de la 17e escadre qui s'en iront en Irak pour participer à la mission canadienne contre le groupe armé État islamique.

Selon la 17e escadre, cette décision a été prise en guise de précaution à la suite des attaques à Ottawa.

Au palais législatif du Manitoba, situé au centre-ville de Winnipeg, la sécurité a été resserrée. Un porte-parole du gouvernement provincial refuse de donner plus de détails sur ces nouvelles mesures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !