•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La présence policière a été accrue aux abords de l’hôtel du Parlement de Québec

La présence policière a été accrue aux abords de l’hôtel du Parlement de Québec

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

L'attentat survenu au parlement d'Ottawa mercredi matin pousse plusieurs établissements de Québec, dont l'Assemblée nationale et l'hôtel de ville, à resserrer leur sécurité.

La nouvelle de coups de feu au parlement d'Ottawa n'a pas tardé à être transmise aux constables spéciaux de la colline Parlementaire à Québec. Le nombre d'agents de sécurité a été rapidement doublé aux entrées de l'édifice de l'Assemblée nationale.

La Direction de la sécurité de l'Assemblée nationale a mis en place les mesures suivantes :

  • suspension des visites dans le parlement et la bibliothèque ;
  • restriction au minimum de la circulation dans les tunnels;
  • restriction de la circulation extérieure;
  • augmentation du nombre de patrouilleurs à l'extérieur;
  • surveillance supplémentaire par des patrouilleurs de la Sûreté du Québec.

La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a fait savoir en après-midi que ces mesures seront maintenues aussi longtemps que nécessaire.

« Les mesures de sécurité seront rehaussées au fur et à mesure que l'enquête se déroule. Comme c'est une circonstance qui est exceptionnelle, il n'y a pas de chances à prendre avec la sécurité », a dit la ministre.

Elle s'est toutefois faite rassurante afin de ne pas créer de panique au sein de la population.

« Le protocole est quand même assez respecté. Il ne faut pas alarmer la population, en même temps, on se doit d'être quand même prudent », a-t-elle rappelé.

Surveillance accrue à d'autres endroits stratégiques

La sécurité est aussi renforcée à la base militaire de Valcartier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La sécurité est aussi renforcée à la base militaire de Valcartier.

Photo : Radio-Canada

D'autres points stratégiques de la ville de Québec ont été également sous surveillance. À l'hôtel de ville de Québec comme à celui de Montréal, une présence policière accrue a été demandée. 

Des mesures ont aussi été mises en place au palais de justice de Québec. Des constables spéciaux effectuaient des fouilles sommaires à l'entrée.

Des fouilles aléatoires ont également été effectuées à l'entrée de la base militaire de Valcartier. Les patrouilles faites par la police militaire seront plus nombreuses. Par ailleurs, pour éviter que les militaires ne soient pris pour cible, les soldats canadiens ont reçu l'ordre de ne pas se déplacer en uniforme à l'extérieur de la base dans les lieux publics.

Les travaux parlementaires maintenus

Malgré les attentats à Ottawa, les parlementaires à Québec ont décidé de poursuivre leurs travaux mercredi matin et de tenir comme prévu la période de questions.

La vie démocratique doit se poursuivre, a affirmé le premier ministre Philippe Couillard. « Notre société démocratique refuse de s'incliner devant des actes de violence aveugle. Notre société utiliser tous les outils à notre disposition pour combattre cette menace. »

Cet événement ravive un douloureux souvenir pour les parlementaires, a pour sa part souligné le chef de l'opposition, Stéphane Bédard.

« Nous sommes tous inquiets de ce qui se déroule dans un parlement, d'autant plus que nous avons eu à une certaine époque à subir des événements qui semblent similaires à ce qui se passe [à Ottawa]. Sans sauter aux conclusions, il est évident que nous sommes face à une situation qui est inquiétante pour la démocratie. »

La sécurité à l'Assemblée nationale avait été revue au lendemain de la fusillade survenue en 1984. Le caporal Denis Lortie avait fait irruption dans le Salon bleu de l'hôtel du Parlement. Il avait ouvert le feu et tué trois personnes.

À lire aussi :

Société