•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le périmètre de sécurité est levé au centre-ville d'Ottawa

Émission en direct sur la fusillade à Ottawa sur RDI

Radio-Canada

Le centre-ville d'Ottawa a été sous le choc mercredi. Un homme armé, Michael Zehaf-Bibeau, a été tué au Parlement lors d'une fusillade. Auparavant, l'individu avait abattu le caporal Nathan Cirillo, qui montait la garde au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Le campus Civic de l'Hôpital d'Ottawa a soigné quatre personnes, en lien avec cette fusillade. Deux d'entre elles étaient dans un état stable. Elles ont toutes reçu leur congé de l'établissement vers 18 h 30.

Les fonctionnaires fédéraux ont quant à eux été confinés de longues heures dans leurs bureaux, ne pouvant pas quitter le périmètre de sécurité.

La police d'Ottawa a finalement levé ce périmètre vers 20 h 30. « L'enquête en cours au centre-ville a permis d'établir que la menace à la sûreté publique dans le secteur est terminée », explique-t-on dans un communiqué.

Toutefois, l'opération policière se poursuit sur les terrains du Parlement et la colline demeure interdite au public.

La GRC mène désormais l'enquête, en raison de son mandat à l'égard de la sécurité nationale. La police d'Ottawa lui apporte son appui.

Certains fonctionnaires ont pu partir vers 15 h, mais s'ils le faisaient, ils ne pouvaient pas retourner dans leur immeuble.

« On n'a pas beaucoup d'information. C'est vraiment au compte-gouttes et on n'a pas accès à Internet », a souligné la fonctionnaire Lucie Filion, qui a été confinée dans un immeuble de la rue Sparks.

Plus tôt dans la journée, des travailleurs de la construction sur la colline du Parlement avaient pu aider quelques employés fédéraux à quitter les lieux par les fenêtres.

Ils étaient vraiment en crise, ils se sont fait avertir qu'il y avait un tireur dans l'édifice.

Véronique Laflamme, travailleuse de la construction sur la colline du Parlement

« Quand on voit des policiers qui sont sur leurs gardes, avec de gros fusils plus gros que leur jambe, je vais vous avouer que c'est plutôt énervant. Mais je me sentais quand même en sécurité [parce] qu'ils savaient ce qu'ils faisaient », rapporte une travailleuse de la construction, Véronique Laflamme.

De nombreuses ambassades sont restées fermées ou leurs occupants y ont été confinés pour des raisons de sécurité. C'est le cas notamment du haut-commissariat britannique et des ambassades américaine, israélienne, suédoise, polonaise, argentine et hondurienne.

Le reportage de Pascal Robidas

Un vaste dipositif policier

Par ailleurs, les stations de police d'Ottawa, dont le quartier général de la police situé sur la rue Elgin, ont été bouclées. C'était aussi le cas d'immeubles à proximité, dont celui de la Commission de la capitale nationale (CCN et de Postes Canada, sur Sparks.

L'hôtel de ville d'Ottawa et l'ambassade des États-Unis ont aussi été bouclés.

Au Centre national des arts (CNA), le confinement a été levé en fin d'après-midi,  mais les spectacles ont été annulés.

Plus tôt dans la journée, les policiers de Gatineau avaient participé aux recherches et fouillé les véhicules à la sortie du pont du Portage et du pont Chaudière, ce qui avait grandement ralenti la circulation.

Le Centre Rideau a été évacué vers 10 h et les employés avaient dû rester à l'intérieur. Par la suite, contrairement à ce qui avait été avancé plus tôt, le service de police d'Ottawa a confirmé qu'il n'y avait eu aucune fusillade dans le centre commercial ou à proximité.

Réaction des maires d'Ottawa et de Gatineau

Le maire sortant d'Ottawa, Jim Watson, s'est dit « stupéfait et attristé par l'incident », tout comme son collègue de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Ils ont offert leurs sympathies aux familles des victimes.

Restant en communication constante avec la Ville d'Ottawa, le maire affirme que « toutes les mesures de sécurité sont prises pour assurer la parfaite sécurité de nos employés municipaux et des citoyens de Gatineau. »

On a mis en place une certaine cellule de crise où on faisait un monitorage de ce qui se passait. Le service de police nous tenait au courant.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

La Maison du citoyen à Gatineau a levé les mesures de confinement préventif vers 14 h.

En soirée, la Ville d'Ottawa a annoncé que les drapeaux seront en berne jusqu'à nouvel ordre sur les édifices municipaux, à la mémoire du caporal Nathan Cirillo.

Le militaire, âgé de 24 ans, a été mortellement atteint par balle en matinée alors qu'il montait la garde au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Ottawa-Gatineau

Société