•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le suspect abattu est Michael Zehaf-Bibeau

Le reportage de Marc Godbout
Radio-Canada

L'homme armé qui a abattu le caporal Nathan Cirillo avant d'être tué à son tour au parlement d'Ottawa lors d'une fusillade survenue mercredi matin est un Canadien du nom de Michael Zehaf-Bibeau, né en 1982.

Radio-Canada a appris que l'homme de 32 ans était né au Canada d'un père libyen, l'homme d'affaires Bulgasem Zehaf, et d'une mère québécoise, Susan Bibeau, depuis divorcés. Cette dernière est fonctionnaire fédérale et travaille à la Commission de l'immigration et du statut de réfugié.

Le suspect a un casier judiciaire au Québec pour une histoire de drogue remontant à une dizaine d'années. Il vivait alors à Montréal. Michael Zehaf-Bibeau a aussi été accusé de vol à Vancouver, à la fin de 2011, et accusé d'avoir proféré des menaces à la fin de 2012.

Ce que l'on sait :

  • Un rassemblement se tiendra aujourd'hui à 8h30 au cénotaphe à la mémoire du caporal Nathan Cirillo
  • Les membres du Parlement siégeront jeudi matin dès 10h
  • Une conférence de presse des autorités aura lieu aujourd'hui pour donner plus d'information quant aux évènements d'hier
  • La GRC signale que la menace à la sûreté publique sur la colline parlementaire est maintenant terminée
  • La police lève le confinement au centre-ville d'Ottawa
  • L'enquête est menée par la GRC
  • Les militaires ont reçu la consigne de ne plus porter leur uniforme à l'extérieur de leur base
  • Le suspect, abattu au parlement, s'appelle Michael Zehaf-Bibeau; sa victime est le caporal Nathan Cirillo

Récit des événements

Les autorités ont levé en soirée le périmètre de sécurité dans le centre-ville d'Ottawa, mais refusent de préciser si elles ont d'autres suspects dans leur mire. Les opérations policières et l'enquête sont toujours en cours et un périmètre de sécurité bien moins important qu'hier est encore en place près du parlement et du monument commémoratif. 

Les députés ont pu quitter l'édifice de la colline Parlementaire tard hier soir. « C'était certainement un moment avec du stress et chargé d'une énergie avec tristesse et préoccupation, et c'était juste une journée largement très difficile, mais toute l'équipe sur la colline du Parlement qui est responsable de la sécurité, le public et les députés ont fait un job énormément impressionnant », a déclaré le ministre fédéral de l'Industrie, James Moore.

« C'est une journée très frustrante, bien sûr, nous avons perdu un soldat et, en même temps, c'est une attaque contre le Canada et contre notre démocratie et notre parlement. C'est un monde qui a bien changé. Il faut bien protéger les Canadiens et les institutions du Canada », a souligné pour sa part le président du Conseil du Trésor du Canada, Tony Clement.

« L'attaque d'aujourd'hui [mercredi], c'est une attaque contre notre système de gouvernement, nos valeurs, notre démocratie. Il y avait une dimension symbolique à cet acte et il faut faire tout pour prévenir de tels actes à l'avenir », a estimé ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander.

« On peut être assez fier de notre performance comme Canadien, ce n'est pas souvent que cela arrive chez nous et la réponse des policiers, des forces de la sécurité était au plus haut niveau, très professionnel. La seule vie qui a été perdue ici, à l'édifice du centre, c'est la vie de celui qui a monté l'attaque », a-t-il ajouté.

Tout a commencé en matinée peu après 9 h 30, lorsqu'un homme armé a tiré plusieurs coups de feu sur un des soldats qui montent la garde au monument commémoratif de guerre. Le soldat, Nathan Cirillo, est mort plus tard des suites de ses blessures.

À 9 h 52, les appels au service d'urgence 9-1-1 ont commencé à arriver, indiquent la GRC et la police d'Ottawa.

Le suspect, qui était armé d'un fusil de chasse à double canon selon des témoins, se serait ensuite dirigé vers la colline parlementaire, située à proximité. Il était habillé en noir et avait un foulard autour de son visage, d'après des témoins.

Il aurait pris une voiture pour atteindre l'édifice du parlement. Rendu devant la Tour de la Paix, il serait sorti du véhicule avec des policiers à ses trousses. Toujours selon des témoins, il aurait sorti son arme, l'aurait chargée et se serait précipité à l'intérieur du parlement, par l'entrée principale. Il a alors ouvert le feu.

Plusieurs témoins ont rapporté des dizaines de coups de feu à l'intérieur du bâtiment. Le tireur a été abattu par le sergent d'armes Kevin Vickers.

La GRC et la police d'Ottawa n'ont pas confirmé qu'il s'agissait du même tireur que celui ayant abattu le caporal Cirillo devant le monument commémoratif de guerre.

Ils n'ont pas non plus révélé s'ils étaient toujours à la recherche d'un autre tireur. Plus tôt en journée, des informations circulaient selon lesquelles il y avait deux ou trois tireurs. Les policiers ont répété que la population devait se tenir loin du centre-ville de la capitale.

Le militaire mort lors de la fusillade à Ottawa est Nathan Cirillo.Le militaire mort lors de la fusillade à Ottawa est Nathan Cirillo. Photo : Facebook

Pour regarder la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Journée de chaos à Ottawa

Toute la journée de mercredi, la colline du Parlement et un large secteur du centre-ville ont été investis par les forces de sécurité de la GRC, de la police d'Ottawa et l'armée. Les personnes confinées au parlement ont commencé à être évacuées en début de soirée. À 21 h 45, au moins une centaine de travailleurs étaient encore confinés dans l'édifice de l'ouest. La colline demeurait par ailleurs interdite au public.

En fin d'après-midi, des employés et des fonctionnaires ont pu quitter leur bureau du centre-ville. Les rues étaient rouvertes à la circulation non loin du parlement. Des lignes d'autobus ont aussi été rétablies. La police d'Ottawa demandait aux citoyens de demeurer vigilants et de signaler toute activité suspecte. 

Les bases des Forces canadiennes ont été bouclées toute la journée. Les vols à l'aéroport d'Ottawa sont maintenus, mais « une vigilance accrue est en vigueur », précise la direction.

Le NORAD avait aussi augmenté le nombre d'avions prêts à réagir en cas de besoin.

Par ailleurs, les membres du Parlement siégeront ce jeudi dès 10 h.

La police demande l'aide du public

La police d'Ottawa demande la collaboration des citoyens qui pourraient avoir plus d'informations sur les événements. Aucune arrestation n'a été effectuée à l'heure actuelle. Les policiers ne précisent pas si un autre tireur est impliqué dans la fusillade.

La police ne précise pas non plus la nationalité du tireur et n'a pas donné de détails sur l'arme utilisée.

La GRC mène désormais l'enquête, en raison de son mandat à l'égard de la sécurité nationale. La police d'Ottawa lui apporte son appui.

L'Hôpital d'Ottawa dit avoir admis quatre blessés en lien avec les événements. L'un d'eux est le soldat blessé au Monument commémoratif de guerre du Canada, qui a finalement succombé à ses blessures. Les autres ont subi des blessures mineures. L'un d'eux est un gardien de sécurité du parlement qui avait été atteint au pied. Les blessés ont reçu leur congé de l'établissement en soirée.

Le récit des événements

Société