•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs dénoncent les politiques du gouvernement Harper

Une famille de lynx traverse l'autoroute devant les yeux d'un employé d'Hydro-Manitoba.

Radio-Canada

Des scientifiques qui travaillent pour le fédéral ont manifesté mercredi matin à Québec contre les politiques du gouvernement Harper en matière de recherche fondamentale.

Les chercheurs dénoncent les coupes du fédéral qui nuisent à leurs travaux, mais aussi les « politiques de censure » et le « bâillonnement » du gouvernement dont ils se disent victimes.

« Il y a 25 % de nos chercheurs qui se sont fait dire par l'employeur de changer leurs mandats de recherche ou leurs rapports pour satisfaire le gouvernement conservateur. C'est inacceptable. Ils nous bâillonnent », déplore le directeur de l'Institut professionnel de la fonction publique pour le Québec, Yvon Brodeur.

Un sondage mené récemment auprès de 5500 chercheurs au gouvernement fédéral indique que 73 % des scientifiques considèrent que les politiques gouvernementales compliquent la publication de leurs recherches.

Jean Berubé affirme que la communication avec les médias est contrôlée par le gouvernement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean Berubé affirme que la communication avec les médias est contrôlée par le gouvernement.

Photo : Radio-Canada

Chercheur en foresterie, Jean Bérubé affirme que les ressources ne cessent de diminuer depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs. « On n'a plus de documentation, on n'a plus de bibliothécaire. Et les documents sont très longs à se rendre au public. La communication avec les médias est aussi strictement contrôlée par le gouvernement », dit-il.

Yvon Brodeur ajoute que cette situation met en péril la collaboration des scientifiques canadiens avec leurs collègues internationaux.

« Ce sont des sommités, des docteurs et on leur coupe les deux ailes. Nos chercheurs étaient souvent demandés pour aller faire des présentations ailleurs, et le gouvernement a mis la clé dans la porte pour dire vous ne pouvez plus sortir du tout, du tout », déplore M. Brodeur.

Critiques de scientifiques étrangers

La colère des chercheurs dépasse les frontières du Canada. Quelque 815 scientifiques de 32 pays ont fait parvenir une lettre au premier ministre Stephen Harper, mardi, pour dénoncer les restrictions qui empêchent les scientifiques canadiens de communiquer et de collaborer avec leurs collègues.

Ils affirment que les scientifiques canadiens n'arrivent plus à partager leurs résultats d'études dans plusieurs domaines et à travailler en commun en raison des coupes du fédéral. La lettre ouverte a été signée par des centaines d'Américains.

Les dizaines de chercheurs qui ont manifesté sur le campus de l'Université Laval travaillent notamment pour Agriculture Canada, le ministère des Ressources naturelles et le centre de recherche de la base militaire de Valcartier. Plusieurs ont été mis à pied au profit de la sous-traitance ces dernières années, selon l'Alliance de la fonction publique du Canada.

Le syndicat organisera des manifestations comme celle de mercredi chaque mois pour maintenir la pression sur le gouvernement Harper.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science