•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Martin Couture-Rouleau avait convaincu plusieurs de ses amis de se convertir à l'islam

Martin Couture-Rouleau

Martin Couture-Rouleau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada auprès d'un ami de Martin Couture-Rouleau, ce dernier a convaincu au moins quatre ou cinq personnes de son entourage de se convertir à l'islam.

Un texte de Tamara AlterescoTwitterCourriel

« Moi je l'ai fait sur un coup de tête », explique son ami, qui a insisté pour que son nom ne soit pas dévoilé. Il ajoute que la religion l'a beaucoup aidé, entre autres à se réconcilier avec les valeurs familiales. Il dit que Martin Couture-Rouleau, lui, s'est laissé emporter par la version la plus extrême du Coran. « C'est un gars qui avait le mal de vivre », dit-il.

Il confirme que Martin Couture-Rouleau passait des heures sur Internet et dévorait la littérature djihadiste.

Il nous a même offert de nous payer le voyage en Afghanistan pour faire le djihad. On a essayé de le dissuader, sans succès, et c'est à partir de ce moment-là qu'on a fait notre deuil de lui. On l'avait perdu. Pour nous, l'islam, ce n'était pas ça.

Une citation de :Ami de Martin Couture-Rouleau

Il ajoute que Martin Couture-Rouleau rêvait de mourir comme un martyr. Qu'il était convaincu que c'était la seule façon d'assurer une place au paradis à ses proches et à son enfant.

Aujourd'hui, sur son compte Facebook, certains échangent ouvertement sur le sort de Martin Couture-Rouleau et sur la nature de son geste.  « Tout le monde est sous le choc, on ne pensait jamais qu'il irait jusque là, ajoute son ami. On pensait qu'il le ferait là-bas, pas ici. »

La dernière fois qu'il a communiqué avec Martin, c'était au lendemain de la décapitation d'un deuxième otage britannique par le groupe armé État islamique au mois d'octobre. 

« Martin essayait encore de trouver des excuses pour justifier ces gestes horribles », affirme-t-il.

Selon nos sources, Martin Couture-Rouleau se savait suivi par le SCRS, et il avait tenté de quitter le pays, mais sans succès. La GRC confirme qu'elle lui a confisqué son passeport lors d'une enquête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !