•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-François Fortin fonde un parti régionaliste à Ottawa

Les précisions d'Isabelle Damphousse
Radio-Canada

Le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin, conjointement avec le député de Repentigny, Jean-François Larose, fonde un nouveau parti sur la scène fédérale : Forces et Démocratie. Ils en ont fait l'annonce mardi avant-midi lors une conférence de presse à Ottawa.

La formation vise à répondre aux besoins des régions. Dans leur communiqué, les deux politiciens mentionnent que « toutes les régions du Québec, incluant la grande région de Montréal, se sentent oubliées, négligées, voire clairement méprisées par le gouvernement fédéral ».

Selon Jean-François Fortin, il est temps de rompre le lien avec des députés qui défendent leur formation politique plutôt que la population. « On a des intervenants forts partout au Québec, des gens qui veulent voir progresser leur région, qui ne croient plus à politique telle qu'elle se fait présentement, du haut vers le bas », affirme l'ancien bloquiste.

Le chef de la formation dit ne pas laisser ses convictions souverainistes de côté, mais sa bataille à Ottawa a changé. « Les forces souverainistes sont présentement en train de se réorganiser à Québec et on leur laisse le soin de mener ce débat à Québec. Mes convictions n'ont pas changé, mais la bataille qu'on veut mener, lors de la prochaine campagne fédérale, c'est d'obtenir des gains pour les gens qui souffrent des politiques fédérales », explique Jean-François Fortin.

La nouvelle formation politique entend présenter des candidats dans les 78 circonscriptions québécoises aux prochaines élections fédérales qui devraient avoir lieu dans un an.

Réactions

Jean-François Fortin lance le parti Forces et DémocratieJean-François Fortin lance le parti Forces et Démocratie

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a réagi fortement à l'annonce. « D'abord ça m'interpelle parce que c'est mon comté fédéral et mon comté également à Québec », a-t-il affirmé. « C'est le comté le plus souverainiste au Québec et sans l'appui du Parti québécois M. Fortin n'aurait pas été élu en 2011, ça c'est clair », a tranché M. Bérubé, qui maintient que l'appui de son parti ira au Bloc québécois. 

En revanche, le maire de Grosses-Roches et président de la Société d'action nationale de la Matanie, André Morin, voit d'un bon oeil l'arrivée de ce nouveau parti qui promet de privilégier les régions. Il ne croit pas que ce parti nuira au mouvement souverainiste. « Si vous voulez mon idée, ce n'est pas par Ottawa que ça va se passer », dit-il.

De son côté, le Nouveau Parti démocratique (NPD) dénonce la décision du député Jean-François Larose de se joindre à un parti des régions. Selon les députés néodémocrates, il « trahit la mémoire de Jack Layton et le choix démocratique des électeurs de Repentigny ».

Selon le NPD, un des principes fondamentaux de la démocratie est que les députés respectent la volonté des électeurs. À cet égard, le parti a voté à l'unanimité en faveur d'un projet de loi qui forcerait les transfuges à démissionner et à se faire réélire sous leur nouvelle bannière.

La vice-présidente du caucus québécois, Élaine Michaud, rappelle que Jean-François Larose avait voté en faveur de ce projet de loi. « Je l'invite donc à prouver qu'il est un homme de principe et à démissionner immédiatement pour enclencher la tenue d'une élection partielle dans Repentigny », a-t-elle affirmé.

Une idée « intéressante »

Selon l'analyste politique Jean-Claude Simard, la création de cette formation politique arriverait à un moment où les régions se sentent abandonnées par les conservateurs.

Il trouve « intéressante » l'idée d'un parti des régions, mais se demande comment la nouvelle formation politique va réussir à rassembler les gens.

« Est-ce que les souverainistes, pour qui l'idéal souverainiste demeure évidemment une priorité, vont se rallier sous une bannière des régions alors que le Bloc québécois est en perte de vitesse », s'interroge-t-il.

Jean-Claude Simard pense que la partie n'est pas gagnée d'avance. « Ça va être un défi vraiment intéressant et à suivre de manière très, très serrée », souligne-t-il.

Jean-François Fortin a quitté le Bloc québécois le 12 août dernier. Quelques heures après sa démission, il a reconnu qu'il jonglait avec l'idée de créer une nouvelle formation politique sur la scène fédérale.

Est du Québec

Politique