•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Péladeau attaque Legault sur Facebook

Page Facebook de Pierre Karl Péladeau
Page Facebook de Pierre Karl Péladeau Photo: Radio-Canada/Marie-Eve Tremblay
Radio-Canada

Le député péquiste Pierre Karl Péladeau, actionnaire de contrôle de Québecor, s'est tourné vers Facebook lundi matin pour s'en prendre au chef de la CAQ, à l'origine de la « motion PKP », citant abondamment la Charte canadienne des droits et libertés. Quelques heures plus tard, le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, prenait à son tour le clavier pour répliquer à son adversaire.

Sur sa page Facebook, M. Péladeau a qualifié « de scélérate » la motion adoptée il y a une dizaine de jours par la « majorité libéralo-caquiste ». Elle prévoit « qu'un député, ou un membre de sa famille immédiate, ne puisse d'aucune façon détenir directement ou indirectement la majorité des actions ou une position de contrôle dans une entreprise médiatique ».

« Est-ce que M. Legault s'est rendu compte de la nature loufoque de sa motion qui aurait comme conséquence de forcer Julie [Snyder, sa conjointe] à vendre ses actions dans l'entreprise médiatique les Productions J, qui sont à l'origine des émissions de télé les plus populaires de l'histoire? C'est pour vous dire! », s'insurge-t-il.

Le candidat pressenti à la succession de Pauline Marois a déjà indiqué qu'il comptait conserver ses actions de Québecor, un legs de son père, Pierre Péladeau, qu'il veut laisser à ses enfants. Il entend plutôt placer ses actions dans une fiducie sans droit de regard s'il se lance dans la course à la direction du PQ.

M. Legault devrait savoir que nous vivons dans un régime de droit et qu'il existe, chez nous, une Charte québécoise des droits et libertés de la personne dans laquelle les droits sont protégés contre les abus. Et comme il aime le Canada, il pourrait aussi consulter la Charte canadienne des droits et libertés.

Pierre Karl Péladeau

Le député de Saint-Jérôme invite le chef caquiste à « consulter des juristes avant de se donner en spectacle ».

« Comble de l'hypocrisie: François Legault avait tenté de me recruter pour son parti avant la dernière campagne électorale », ajoute-t-il, se demandant s'il est possible de "faire confiance à un homme de cette nature". Pas surprenant qu'il ait changé d'allégeance politique; il est prêt à tout pour défendre l'indéfendable. »

La CAQ réplique

Le député de la CAQ François Bonnardel (archives)Le député de la CAQ, François Bonnardel

Cette sortie de Pierre Karl Péladeau contre François Legault lui a valu une réplique du leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, qui avait présenté à l'Assemblée nationale la motion visant le magnat de la presse. « M. Péladeau tente de faire diversion afin de ne pas répondre aux questions entourant l'indépendance des médias », a-t-il affirmé, précisant que la motion ne visait que « les médias d'information ».

Je l'invite dès demain à accepter les règles du jeu [démocratique] et à répondre aux questions des journalistes, plutôt que se cacher derrière un clavier.

François Bonnardel, leader parlementaire de la CAQ 

Le député caquiste se porte en outre à la défense de son chef, plaidant qu'il n'aurait jamais accepté « qu'un de ses candidats détienne un contrôle sur une entreprise médiatique ».

« La protection des médias par rapport au pouvoir politique est une question qui touche le cœur de notre démocratie et [Pierre Karl Péladeau] doit l'accepter », a écrit M.Bonnardel. « Il sait plus que quiconque que le fait de placer ses actions dans une fiducie sans droit de regard ne réglera absolument rien », a poursuivi le député de Granby. Si un député contrôle une entreprise de presse qui couvre ses propres actions politiques, il est en conflit d'intérêts. »

Le 10 octobre dernier, La Presse révélait que M. Péladeau était intervenu à deux reprises auprès du gouvernement pour plaider la cause de Québecor dans le dossier de la vente de Vision Globale, une société notamment propriétaire des Studios Mel's. M. Péladeau a argué que c'était pour le bien de sa circonscription et pour l'économie québécoise.

Lundi après-midi, M. Péladeau s'est de nouveau pris à François Legault en l'accusant sur Facebook d'être « un comptable ne sachant pas compter ». Il lui a notamment reproché de s'être trompé sur la valeur boursière de Québecor. Il a conclu son message en invitant les internautes à écouter sur le site web de TVA une entrevue accordée par le chef caquiste.

Une façon de communiquer

Ce n'est pas la première fois que Pierre Karl Péladeau sonne la charge contre ses adversaires sur sa page Facebook.

La semaine dernière,  il est revenu sur le passage du leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, au sein de la firme d'ingénierie SNC-Lavalin ainsi que l'association du premier ministre Philippe Couillard avec Arthur Porter, l'ex-directeur général du Centre universitaire de santé McGill, qui est détenu au Panama et conteste son extradition vers le Canada pour répondre à des accusations de fraude.

Politique