•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec deviendra-t-il l'eldorado de la soie d’Amérique?

Radio-Canada

Longtemps considérée comme une mauvaise herbe, l’asclépiade pourrait faire naître une nouvelle industrie, de taille considérable, écologique et implantée dans plusieurs régions du Québec.

Longtemps considérée comme une mauvaise herbe, l’asclépiade pourrait faire naître une nouvelle industrie, de taille considérable, écologique et implantée dans plusieurs régions du Québec.

Un texte de Jean-Michel Leprince au Téléjournal TwitterCourriel

Les Amérindiens utilisaient l’asclépiade dans les vêtements, l’alimentation, mais aussi comme plante médicinale, notamment pour la contraception.

Un ingénieur en textile de Granby, François Simard, a trouvé le moyen d’exploiter les propriétés de la plante - et en particulier sa fibre - sur une échelle industrielle.

On trouve peu de caractéristiques semblables dans le monde naturel ou synthétique. C’est un tube d’air qu’on peut utiliser dans différentes applications qui procurent des propriétés fantastiques.

François Simard, PDG Protec-Style

Par exemple, cette fibre repousse l’eau, mais absorbe l’huile et le pétrole deux fois plus que les matériaux existants sur le marché en cas de déversement pétrolier.

C’est un isolant acoustique et surtout thermique. Le roi Louis XV utilisait déjà la soie d’Amérique pour ses vêtements chauds et avait attribué l’exclusivité de l’exploitation de la plante à son bonnetier, De la Rouvière. La conquête britannique a mis un terme à ce début d’exploitation, car l’empire regorgeait déjà de soie et de coton.

Des essais en cours au Québec

Pour la première fois, une vingtaine de cultivateurs réunis au sein de la coopérative Monark ont fait pousser de l’asclépiade qu’on ne trouvait qu’à l’état sauvage et, de moins en moins, en bordure des routes et des champs.

Comme agriculteur, je n’aurais pas souvent la chance dans ma carrière d’être au début d’une nouvelle industrie pour laquelle il y a un marché très très lucratif. Pas mal pour une plante que je considérais avant comme indésirable.

Daniel Allard, cultivateur à Sainte-Thècle, en Mauricie

Cette plante nouvellement cultivée est désormais connue sous le nom de soyer du Québec.

Cette année, c’est la première récolte à grande échelle du « soyer du Québec » en Mauricie, à L’Isle-Verte, en Estrie et dans l’Outaouais. La culture : cinq plants au mètre carré, pas plus. Le démarrage est difficile, la plante arrive à maturité en deux ou trois ans. Mais après, c’est facile : l’asclépiade pousse sur des terres peu fertiles, marginales et surtout sans aucun engrais.

La toute première récolte reste modeste : 20 hectares au total. En 2015, on espère en récolter 160 hectares, le double en 2016.

La soie d’Amérique bientôt sur le toit du monde

Le hasard a fait en sorte que François Simard, de Protec-Style, rencontre  Jean-François Tardif, alpiniste amateur, mais expérimenté.

« J’ai vu ça dans son arrière-boutique. Il m’a expliqué ce que faisait la fibre, il m’a sorti les points techniques et il m’a dit : "en plus, de tout ce que je t’ai nommé, ça ne se mouille pas!", se souvient Jean-François Tardif. Moi, j’ai fait un pas en arrière. Là, on a quelque chose que tout grimpeur sur la terre cherche. »

Le duvet, c’est ce qu’il y avait de plus chaud à date. Là, on arrive avec une fibre qui est aussi compressée que le duvet, plus chaude à poids égal, qui est moins chère, et qui ne se mouille pas. Ce dernier point est le plus important pour l’alpiniste. 

Jean-François Tardif, alpiniste amateur

Jean-François Tardif rêve depuis toujours d’escalader l’Everest. Il a déjà fait l’Aconcagua dans les Andes et le Cho Oyu dans l’Himalaya. Il s’approvisionne en vêtements sportifs chez Chlorophylle, compagnie originaire du Saguenay. Le président de cette entreprise, Marc Tremblay, n’hésite pas une seconde quand il entend parler de ce matériau : il embarque dans le projet.

Ça rejoint tout à fait l’origine de notre entreprise. Elle a été fondée par des aventuriers et les questions environnementales, ça a été la base du projet d’entreprise de nos fondateurs en 1980. Donc, ça nous rejoint tout à fait à 100 %. 

Marc Tremblay, président de Chlorophylle

Les trois partenaires du projet signent un accord de subvention avec le gouvernement du Québec par l'entremise du programme ACCORD d’aide aux entreprises d’innovation.

Ce qu’on veut, c’est produire des vêtements québécois, avec une fibre québécoise, qui va redonner du blason à cette industrie. 

Ghislain Bouchard, programme ACCORD du gouvernement du Québec.

Pour M. Bouchard, cette fibre a le potentiel de créer des emplois.

Chlorophylle doit concevoir des vêtements et des sacs de couchage avec de la « soie d’Amérique » à la place du duvet pour le tester dans une escalade de l’Everest par Jean-François Tardif et son équipe en mai 2016. Les premiers essais seront faits début mars 2015 au sommet du mont Washington, reconnu pour ses températures extrêmement basses en hiver.

Les petits noms de l’asclépiade

Cette plante est indispensable à la survie du papillon monarque, qui s’en nourrit et se reproduit. Ce sont ces papillons qui se réfugient l’hiver dans les montagnes du Michoacán, au Mexique, après un long périple de 6000 kilomètres.

Elle porte différents noms : asclépiade, soie du Québec ou encore cochons de lait, cotonnier, herbe à la ouate, petits cochons, herbe aux perruches, langue de vache, milkweed en anglais.

Estrie

Économie