•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Objectif municipalisation

Jeanne d’Arc Gaudet

La présidente de la SANB, Jeanne d’Arc Gaudet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick fait de la municipalisation son principal cheval de bataille.

C'est ce qui est ressorti de l'assemblée générale annuelle de la SANB, dimanche, à Fredericton.

Le rassemblement faisait suite à la Convention de l'Acadie dont l'objectif est de rédiger une feuille de route pour l'Acadie pour les dix prochaines années.

La réflexion des 350 participants a débouché sur un consensus pour la municipalisation du territoire.

Pour le directeur général de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Frédéric Dion, il s'agit d'une priorité pour le développement de l'Acadie.

« Ça fait plus de 40 ans que ça dure. On voit la différence quand tu es dans une municipalité, comment tu es organisé, la voix que tu peux avoir, la façon dont tu peux te mettre en réseau pour faire avancer tes dossiers. Alors que les gens qui habitent dans les DSL (districts de services locaux) sont laissés au dépourvu. (Ils) relèvent d'une gouvernance qui est à Fredericton., (ils) n'ont pas les moyens de se prendre en charge. Ça touche à tous les aspects du développement ».

Par ailleurs, Jeanne d'Arc Gaudet a été réélue, par acclamation, hier à la tête de la SANB. Elle occupera cette fonction jusqu'à juin 2016.

Dans la foulée, la présidente de la société a réagi, lundi, au microphone de l'émission Le Réveil, aux personnes qui reprochent à la SANB de prioriser la municipalisation au détriment des dossiers linguistiques.

« Il y a des gens qui voient le monde comme soit faire une chose, soit annuler une chose, un ou l'autre. Nous, on voyait le monde comme un et l'autre. Quand on travaille sur un dossier, on travaille sur un ensemble de dossiers où tout le monde met la main à la pâte. Alors on peut devenir prophète de malheur ou bien dire on est capable de le faire et on avance ensemble ».

La SANB a également décidé de mettre sur pied un bureau de ressources aux citoyens dans le but d'amener plus de personnes à s'investir dans la vie associative acadienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie