•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du courrier à domicile : une autre journée de mobilisation pour les facteurs

Les facteurs se mobilisent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que Postes Canada commencera demain à livrer le courrier dans des boîtes postales communautaires plutôt qu’à domicile, les facteurs ont tenu dimanche une autre journée de mobilisation pour dénoncer cette décision.

Ils ont fait du porte-à-porte toute la journée dans l’ouest de l’île de Montréal pour distribuer des trousses d’information. Elles dénoncent ce qu’ils qualifient de désinformation de Postes Canada.

« L’objectif est vraiment d’empêcher Postes Canada, le gouvernement Harper, de mettre la hache dans un service qui ne coûte rien en impôts et en taxes, c’est important de le dire, et qui a sa raison d’être. La population tient à ce service-là », a affirmé Sylvain Duguay, président de la section locale de Montréal du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes.

Le syndicat des postiers a aussi déposé une requête en Cour fédérale pour forcer Postes Canada à faire marche arrière. Le syndicat invoque pour cela l’article 15 de la Charte des droits et libertés, qui vise à protéger les personnes âgées et les personnes avec des limitations fonctionnelles.

La région de Montréal n’est pas épargnée

Pour commencer, dans la région de Montréal, cinq villes perdront leur service à domicile. Elles sont toutes situées en banlieue nord, soit Repentigny, Rosemère, Bois-des-Filion, Lorraine et Charlemagne.

Par ailleurs, le service de certains citoyens de la Rive-Sud et de l’ouest de l’île sera aussi remplacé par des boîtes postales le printemps prochain.

À terme, ce seront la plupart des foyers et commerces urbains au pays qui n’obtiendront plus de service à domicile. Le processus devrait prendre cinq ans.

Grand Montréal

Société