•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les manifestants regagnent du terrain à Hong Kong

Des manifestants pro-démocrates utilisent des parapluies pour affronter la police

Photo :  Carlos Barria / Reuters

Radio-Canada

Après une autre nuit d'affrontements avec la police à Hong Kong, les manifestants pro-démocrates ont repris leur position dans le quartier de Mong Kok, samedi matin. Ils ont installé de nouvelles barricades là où leur campement avait été démantelé à l'aube, vendredi.

Environ un millier de manifestants ont tenu tête aux forces de l'ordre, vendredi soir, et sont parvenus à regagner le terrain perdu la veille. Armés de parapluies, de lunettes de protection et de casques pour certains, ils scandaient « Occupez Mong Kok! » et « Nous voulons un véritable suffrage universel! ».

Les policiers ont été contraints de reculer devant l'ampleur de la contestation. Les autorités font état de 26 arrestations et de 15 policiers blessés. Le nombre de manifestants ayant subi des blessures n'a pas été divulgué.

En début d'après-midi, samedi, le calme semblait revenu dans le quartier. Les protestataires de la « révolte des parapluies » s'attendaient toutefois à ce que la nuit de samedi à dimanche soit encore mouvementée.

Des manifestants installent de nouvelles barricades sur une route du quartier Mong Kok après le retrait de la police (18/10/2014)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants installent de nouvelles barricades sur une route du quartier Mong Kok après le retrait de la police (18/10/2014)

Photo :  STRINGER Hong Kong / Reuters

Des gestes qui « sapent l'ordre public », dit la police

Après trois semaines de silence, le chef de la police de Hong Kong a finalement fait une déclaration, samedi, affirmant que ses troupes avaient été « extrêmement tolérantes », mais qu'elles n'étaient pas parvenues à empêcher les manifestants de devenir plus « radicaux ou violents ».

Ces actes illégaux sapent l'État de droit, sapent [ce sur quoi] Hong Kong se base pour réussir.

Le chef de la police de Hong Kong

Selon lui, la réoccupation du quartier Mong Kok « sape gravement l'ordre public et met gravement en péril la sécurité publique ».

Jeudi, le chef de l'exécutif régional, Leung Chun-ying, avait laissé entendre qu'un dialogue pourrait reprendre avec les étudiants, qui réclament à la fois sa démission et l'instauration d'un véritable suffrage universel.

Cependant, les affrontements avec la police et l'improbabilité que Pékin accepte de ne plus avoir le contrôle des candidatures pour l'élection du prochain chef de l'exécutif de Hong Kong, en 2017, ont alimenté les tensions.

 

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International