•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Les libéraux de Justin Trudeau en tête dans les intentions de vote

    Justin Trudeau

    Photo : Chris Wattie / Reuters

    Radio-Canada

    Alors qu'une élection générale doit avoir lieu d'ici un an, les libéraux de Justin Trudeau demeurent en tête des intentions de vote des Canadiens. Selon un sondage Radio-Canada/EKOS, les appuis pour le Parti libéral du Canada se situent à 38,5 %, plus de 12 points devant les conservateurs, qui ne recueillent que 26,4 % des intentions de vote. Au pays, le NPD est à 25 %.

    Un texte de Daniel ThibeaultTwitterCourriel

    Selon Frank Graves, président de la firme de sondage EKOS, l'ascension du PLC s'est fait de façon graduelle et constante. « On le constate depuis un bout de temps déjà. Justin Trudeau a pris les libéraux alors qu'ils étaient à peu près morts, sous la barre des 20 points, et il a doublé ce chiffre. C'est presque du jamais vu. »

    Au Québec, le portrait est bien différent. Les libéraux sont au deuxième rang avec le quart des intentions de vote (24,5 %), alors que les troupes de Thomas Mulcair occupent la tête avec 32,4 % des appuis. Les conservateurs au Québec n'obtiennent que 12,9 %, à peine un point de plus que le Bloc québécois (11,6 %), après répartition des indécis.

    Pour consulter notre graphique sur les intentions de vote au Canada et au Québec sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

    Le sondage, réalisé en collaboration avec iPolitics, a été effectué au téléphone et par Internet du 10 au 15 octobre 2014 auprès de 1671 Canadiens de 18 ans et plus. Sa marge d'erreur est de plus ou moins 2,4 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Pour le Québec, elle est de 3,65 points de pourcentage et de 4,64 points de pourcentage pour l'Ontario.

    À l'échelle nationale, cette baisse de popularité a de quoi inquiéter les troupes de Stephen Harper. « La vrai question pour lui, dit Frank Graves, ce n'est pas de savoir s'il peut de nouveau former le gouvernement, mais plutôt s'il est même capable de former l'opposition officielle. Et selon nos projections, la réponse est non. »

    Pour consulter notre graphique sur l'orientation du Canada sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

    L'Ontario

    En Ontario, les électeurs qui avaient délaissé les libéraux semblent prêts à revenir. La moitié des Ontariens (49 %) appuient le PLC, 32 % les conservateurs et 16 % le NPD.

    Toujours selon le président de Ekos, ce regain de popularité du PLC en Ontario s'explique entre autres par un retour au bercail des nouveaux Canadiens. Parmi les répondants, une majorité de ceux qui se sont déclarés immigrants ou Canadiens de première ou de seconde génération, appuient le PLC.

    « C'est un groupe important parmi les électeurs. Il s'agit probablement là d'un élément important de la baisse de popularité de M. Harper. Ce n'est pas le seul ingrédient, mais c'est un facteur important, et ça devrait inquiéter les conservateurs, qui ont travaillé si fort pour bâtir des ponts avec ces communautés, explique M. Graves. Ça a été l'élément clé de la victoire de 2011. »

    Pour consulter les intentions de vote des immigrants sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

    Popularité des chefs

    Le coup de sonde indique aussi que Thomas Mulcair est considéré comme le chef de parti faisant le meilleur travail : 58 % des répondants se disent satisfaits de sa performance. « Le public commence à mieux connaître M. Mulcair, dit Frank Graves. Quand on gratte un peu, on voit qu'il est le second choix d'environ le tiers des électeurs. » Si le vote libéral devait s'effriter soudainement, le NPD serait donc en bonne position de prendre la tête, selon lui.

    Justin Trudeau recueille un taux d'approbation de 46 %, 16 points devant Stephen Harper. Près des deux tiers des Canadiens (63 %) se disent insatisfaits de la performance du premier ministre.

    Au Québec, quatre mois après avoir été élu chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu semble avoir encore beaucoup de travail à faire pour s'imposer. Seuls 12 % des répondants estiment qu'il fait un bon travail, alors que près de la moitié des répondants (48 %) désapprouvent sa performance.

    Pour consulter notre graphique sur le taux de satisfaction envers les chefs sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

    La marge d'erreur est de plus ou moins 2,4 points au Canada et de plus ou moins 3,65 points au Québec, 19 fois sur 20.

    Les priorités du gouvernement contre celles des Canadiens

    Devant la perspective d'un retour au surplus budgétaire dès l'an prochain, les Canadiens ont une bonne idée de la façon dont ils souhaitent voir cet argent dépensé.

    Pour consulter notre graphique sur l'utilisation des surplus sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

    Alors que Stephen Harper semble déterminé à utiliser les surplus pour offrir aux contribuables des baisses d'impôts, seuls 16 % des répondants estiment que cela devrait être une priorité. Près de la moitié des gens sondés (44 %) voudraient plutôt qu'Ottawa augmente les transferts aux provinces pour contribuer au financement des services de santé et d'éducation.

    Seuls 7 % des répondants souhaitent que le gouvernement fédéral augmente ses dépenses de programme. Environ le tiers de gens sondés (30 %) voudraient qu'Ottawa utilise les surplus pour rembourser la dette, qui se chiffre actuellement à plus de 600 milliards de dollars.

    En ce qui concerne les enjeux des prochaines élections, la santé et l'éducation restent les priorités des répondants, devant l'économie et les réductions d'impôts.

    Pour consulter notre graphique sur les enjeux des prochaines élections sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

    Demain matin, revenez sur ICI.Radio-Canada.ca pour découvrir un autre volet du sondage : le Canada, le groupe armé État islamique et la guerre. 

    L'échéancier électoral

    Si la loi sur des élections à date fixe prévoit que le prochain scrutin aura lieu le 19 octobre 2015, seul 45 % des répondants croient que le gouvernement respectera cet échéancier. Plus du quart des Canadiens (27 %) sont d'avis que l'élection sera déclenché avant; 11 % croient qu'elle aura lieu dans plus d'un an. La majorité des répondants (70 %) ne seraient pas mécontents du gouvernement s'il ne respectait pas sa propre loi.

    Pour ce qui est de l'issue du scrutin, 45 % des personnes sondées croient que le prochain gouvernement sera formé par le PLC, alors que 27 % estiment que ce sera un gouvernement conservateur. Seul 4 % des répondants croient que le prochain gouvernement sera néo-démocrate. Et au-delà des allégeances politiques, près de la moitié des répondants (47 %) sont convaincus que le prochain gouvernement fédéral sera minoritaire.

    Pour consulter notre graphique sur les prédictions des répondants sur le prochain gouvernement sur votre appareil mobile, cliquez ici.  (Nouvelle fenêtre)

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Politique