•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aventures d'un ancien ministre de Duplessis à Putainville

Chargement de l’image

Entrevue avec Jacques Michelon.

Photo : Tirée de la série "Les 30 journées qui ont fait le Québec", des productions Eurêka.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jacques Miquelon a été député d'Abitibi-Est de 1948 à 1960 sous le gouvernement de l'Union nationale.  En plus d'être juge à la Cour du Québec de 1968 à 78, il a vécu à Roc-d'Or, alias Putainville.  Il est l'un des témoins des débuts de l'Abitibi minière. 

Reportage de Karine Mateu

En 1984, Jacques Miquelon écrit ses mémoires, intitulés Souvenirs d'Abitibi.  Il y raconte plusieurs anecdotes sur Putainville et parle aussi de son passage en politique.

Entre autres, il soutient que le premier ministre de l'époque, Maurice Duplessis, avait de la sympathie pour les gens de la région.  Le gouvernement a investi pour construire des écoles, des routes, des hôpitaux et pour permettre l'électrification des milieux ruraux.  

Dans cette vidéo, Maurice Duplessis inaugure le Sanatorium de Macamic en 1950.

Ouverture officielle du Sanatorium de Macamic en 1950.

Ouverture officielle du Sanatorium de Macamic en 1950.

Photo : BAnQ Québec

La vie de Jacques Miquelon à Putainville...

Les souvenirs de Jacques Miquelon ne devaient pas être publiés. Ils étaient réservés aux membres de sa famille et aux amis, écrit l'historien Denis Chabot dans la préface du livre. Mais puisque ces écrits suscitaient un engouement et que des éditions pirates commençaient à circuler, la Société d'histoire et de généologie de Val-d'Or a demandé le droit de publier le document aux membres de la famille Miquelon, qui ont accepté.

«  Compte tenu des circonstances, ma vie a été mouvementée. Elle a été parsemée d'incidents, les uns tragiques ou qui auraient pu l'être, les autres amusants dont seuls ceux qui ont eu la chance de vivre les débuts d'une ville minière des années 1930 ont pu être témoins  »

— Une citation de  Jacques Miquelon dans Souvenirs d'Abitibi.

Comme bien d'autres jeunes professionnels dans les années 30, Miquelon ne trouve pas de travail. Il doit donc s'exiler. Jeune avocat, il quitte la ville de Québec pour s'installer en Abitibi, plus précisément à Roc-d'Or. Il y ouvrira son cabinet d'avocat, dans un shack, ce qui sert alors d'habitation à la plupart des habitants de cette localité.

« Autant de bootleggers que d'abeilles autour d'un pot de miel, sans parler des maisons de prostitution et de jeu. »

— Une citation de  Jacques Miquelon en parlant de Roc-d'Or.

Dans son livre, Jacques Miquelon dit faire comme tout le monde et « se mouille la langue à l'occasion ». Où? Un peu partout, y compris dans les blind pigs

Entente avec les policiers...

Un de ces samedis soir, Jacques Miquelon est appelé à intervenir en tant qu'avocat lors d'une descente policière.  Il écrit :

« Arrive le gros Nick flanqué de deux agents de la Police provinciale, détachement de Val-d'Or. Ils viennent de faire une descente chez lui. Il est accusé d'avoir tenu une maison de jeux et ses comparses sont accusés d'avoir été trouvés au même endroit. Je me félicite de ma chance, car durant la même semaine j'étais allé chez Nick jouer aux cartes avec mes amis polonais. Je l'ai donc échappé belle; j'aurais pu être au nombre des inculpés. »

Miquelon demande aux policiers de le prévenir par téléphone des endroits qu'ils iront visiter.

« De part et d'autre, nous [les policiers et Miquelon] devions tenir parole et, à peu près deux fois par mois, généralement le samedi, je passais la nuit à Val-d'Or. Cela devait durer quelque mois et devrait me rapporter 300-400 dollard par mois. »  Extrait de Souvenirs d'Abitibi.

Jacques Miquelon est décédé le 16 juin 2004, à l'âge de 92 ans. Le lendemain, une motion spéciale est votée par les parlementaires de l'Assemblée nationale. Il est considéré comme l'un des bâtisseurs de l'Abitibi.

Sources

  • Miquelon, Jacques, Souvenirs d'Abitibi, Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or;
  • BAnQ Québec, Fonds Union nationale / Ouverture officielle du Sanatorium de Macamic par l'Honorable Maurice L. Duplessis le 3 septembre 1950;
  • Voix de Jacques Michelon tiré du reportage Le Québec colonise sa dernière frontière: l'Abitibi -29 avril 1914,  « Les 30 journées qui ont fait le Québec », productions Eurêka. http://les30journees.com. Mise en ligne par la Chaîne du Québec (You Tube);
  • Faucher, Alexandre, De l'or et des putes?, Collection Mémoire vive, Éditions du Quartz, 2014.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !