ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une trentaine de corps retrouvés dans l'Himalaya

Des secouristes transportent le corps d'un randonneur retoruvé dans la neige. Photo: Armée népalaise
Associated Press

Les secouristes et les militaires népalais ont interrompu les recherches pour la nuit sur les flancs de l'Annapurna, au Népal, où des dizaines de randonneurs, leurs guides et des habitants de la région ont disparu mardi à la suite d'une puissante tempête qui a fait une trentaine de morts, dont au moins quatre Canadiens.

Trois randonneuses québécoises, deux originaires de Montréal et une de Québec, sont par ailleurs toujours portées disparues. On craint pour leur vie. Deux des randonneuses disparues seraient âgées d'une cinquantaine d'années et une autre dans la trentaine. L'une d'elles était guide.

Par ailleurs, deux randonneuses originaires de la région d'Ottawa-Gatineau, Virginia Schwartz et son amie Jane Van Criekingen, ont été retrouvées saines et sauves. Trois randonneurs de la Colombie-Britannique portés disparus ont aussi été retrouvés en bonne santé à Manang.

Mince espoir de retrouver des survivants

Au moins 29 personnes ont été tuées par les avalanches et le blizzard, dont 15 touristes étrangers, selon un bilan préliminaire des autorités népalaises. Au moins 70 personnes manquent toujours à l'appel selon ce même bilan.

Parmi les randonneurs disparus figurent quatre Canadiens, deux Slovaques, trois Polonais, trois Israéliens et trois Indiens.

L'Association des agences de trekking du Népal affirme pour sa part que 154 personnes, dont 76 étrangers, ont été secourues jusqu'ici dans les sentiers de l'Annapurna dans les districts de Manang et de Mustang.

Malgré les conditions très difficiles, l'armée et les secouristes espèrent encore retrouver des survivants.

Carte de l'Himalaya.

« Nous avons intensifié nos recherches, notre effort porte sur la recherche des survivants plutôt que des corps », explique Keshav Panday, qui coordonne les secours organisés par l'Association des agences de trekking du Népal.

Privés de communications en raison de la destruction de tours cellulaires, notamment par la foudre, les sauveteurs progressent difficilement dans ces zones montagneuses accessibles en hélicoptère ou àpied.

D'autres montagnes touchées

Les autorités népalaises redoutent aussi la mort d'au moins cinq autres randonneurs emportés par une avalanche, cette fois sur les flancs du mont Dhaulagiri.

Cyclone meurtrier

Cette série d'avalanches dans la partie népalaise de l'Himalaya a été provoquée par le cyclone Hudhud qui a traversé le nord de l'Inde avant de laisser mardi près d'un mètre de neige en quelques heures dans les montagnes du Népal. Le mauvais temps a surpris les randonneurs en pleine montagne.

Outre les chutes de neige, le cyclone Hudhud a aussi provoqué d'intenses trombes d'eau dans le centre et l'ouest du Népal dans le district de Gorkha, où un touriste français de 67 ans est tombé dans une rivière mardi matin lors d'une randonnée.

Carte de l'Himalaya.

Ironiquement, des milliers de personnes profitent chaque année de l'automne pour visiter la région de l'Annapurna en raison des conditions météorologiques optimales qu'offre la région. Une tempête aussi subite et puissante n'est pas du tout un phénomène habituel dans cette partie du monde à cette période de l'année. Il s'agit d'un événement tout à fait exceptionnel, selon des alpinistes et des randonneurs qui connaissent la région.

C'est un événement comme notre tempête de verglas ou les inondations du Richelieu; ce n'est pas prévisible, ce n'est pas commun, ça n'arrive jamais.

Bernard Voyer, explorateur et alpiniste québécois

« Il a neigé même là où il ne devrait pas neiger, c'est-à-dire sur le sentier à 3000, 4000 mètres d'altitude », a ajouté Bernard Voyer.

International