•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin ne veut pas retomber dans les mêmes pièges relativement à l'éthique

Le siège social de SNC-Lavalin, à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À la commission Charbonneau, mercredi, la firme de génie-conseil SNC-Lavalin a assuré qu'elle avait adopté de nombreuses mesures en matière d'éthique pour éviter d'être aux prises avec des scandales, comme par le passé.

Le chef de la conformité de SNC-Lavalin, David G. Wilkins et son conseiller Andreas Pohlmann ont expliqué, en anglais seulement, en quoi consistaient les normes d'éthique resserrées auxquelles tous les employés sont désormais assujettis.

Il existe par ailleurs une formation plus poussée en matière d'éthique au sein de SNC-Lavalin mais M. Wilkins a expliqué qu'elle n'était destinée qu'à une fraction des employés, soit ceux qui sont appelés à travailler sur le terrain.

Cette restriction a inquiété la juge France Charbonneau qui a mis en garde le responsable de la firme-conseil : « J'aimerais vous dire de ne jamais tenir pour acquis que quelqu'un n'est pas à risque, a prévenu la juge Charbonneau. Même la personne qui transmet un document peut être à risque ».

La Commission Charbonneau a ensuite entendu la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec, pour qui les règles de marché public au Québec « sont devenues des passoires ».

Lorsque nous regardons ce qui a été mis en place ailleurs dans le monde, le Québec fait figure de maternelle en matière de contrôle de ses marchés publics.

Une citation de :Benoît Lussier, président du conseil d'administration de la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec

La Corporation souhaite la création d'une Autorité des marchés publics, comme l'ont fait d'autres pays. Il s'agirait d'une entité indépendante, une sorte de tribunal administratif qui pourrait traiter des dossiers reliés aux contrats publics, notamment lorsqu'un entrepreneur s'estime lésé dans le cadre d'un appel d'offres.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !