•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les coccinelles asiatiques s'invitent dans les maisons du Grand Montréal

Coccinelle asiatique

Coccinelle asiatique

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs résidents de la grande région de Montréal se sont plaints des coccinelles qui tentent d'entrer dans leurs maisons ou qui s'amassent dans les fenêtres. « Ce n'est pas anormal et surtout pas dangereux », insiste Éric Lucas, professeur et chercheur à l'UQAM.

Un texte de Francis LabbéTwitterCourriel

Les coccinelles asiatiques cherchent à s'introduire dans les maisons du Grand Montréal pour y passer l'hiver. Il s'agit d'un trait caractéristique de cette espèce, que l'on retrouve dans la région depuis une vingtaine d'années.

« Il s'agit d'une espèce importée d'Asie par des agriculteurs américains pendant les années 70 et 80 », explique Marjolaine Giroux, entomologiste à l'Insectarium de Montréal. « Cette année n'est pas anormale, même s'il est vrai que l'on en voit beaucoup ces dernières semaines. »

« Ce fut une année visiblement propice à leur reproduction », poursuit Marjolaine Giroux. « Leur activité est reliée à la température extérieure. Plus il va faire chaud, plus elles vont être actives », ajoute Éric Lucas, chercheur et professeur au Département de sciences biologiques à l'UQAM.

« Les coccinelles que l'on retrouve traditionnellement au Québec et au Canada hibernent aux pieds des arbres. Les coccinelles asiatiques ciblent plutôt les cavernes et les maisons humaines pâles, avec des arbres et idéalement exposées au soleil », ajoute le professeur.

« Une fois qu'elles sont rentrées, elles ne se reproduisent pas, elles ne s'alimentent pas, elles ne défèquent pas, elles ne mordent pas, elles se tiennent tranquilles dans un coin de la maison », précise Éric Lucas.

Cependant, si elles ne mordent pas une fois à l'intérieur des résidences, c'est le contraire lorsqu'elles sont en liberté. Plusieurs internautes rapportent des cas de morsure. « Elles ne mordent pas plus que nos coccinelles québécoises », assure Éric Lucas.

Coccinelle asiatiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Coccinelle asiatique

Photo : iStock/La_Corivo

Depuis quelques années à Blainville

Dans sa maison de Blainville, Pascal Dubé-Lamoureux remarque plusieurs coccinelles depuis les derniers jours.« Lorsqu'on arrive le soir, il y en a toujours 4 ou 5 qui volent dans les fenêtres », explique-t-il.

« Chaque jour, il y en a de nouvelles. Nous nous en débarrassons, mais elles reviennent », poursuit-il. « C'est moins pire que d'autres insectes, mais c'est quand même un peu dérangeant. Et lorsqu'on les écrase, elles dégagent une mauvaise odeur. »

« Il s'agit d'un phénomène assez récent, pas plus de deux ou trois ans. Auparavant, nous n'en avions pas autant que ça », ajoute Pascal Dubé-Lamoureux, propriétaire d'une maison de couleur pâle, avec la façade au sud. Deux caractéristiques que semblent apprécier particulièrement les coccinelles asiatiques.

Extermination

Jamie Bissonnette, RMB Extermination, LavalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jamie Bissonnette, RMB Extermination, Laval

Photo : Francis Labbé

Les exterminateurs reçoivent beaucoup d'appels pour des coccinelles à cette période de l'année. « Souvent, ce sont des gens qui constatent un bon matin qu'il y a des dizaines de coccinelles à leur fenêtre et qui cherchent à savoir ce qui se passe », explique Jamie Bissonnette, directeur général chez Extermination RMB à Laval.

« En fait, les coccinelles asiatiques s'activent à l'automne, quand vient le temps d'entrer dans les maisons, et au printemps, lorsque la température réchauffe et qu'elles veulent retourner à l'extérieur. »

« Il n'y a aucun pesticide ou insecticide homologué pour les combattre chimiquement. Il s'agit d'une espèce protégée. Il reste donc le balai ou l'aspirateur. Dans les deux cas, il faut bien refermer le sac lorsqu'on le jette pour ne pas qu'elles en ressortent », poursuit Jamie Bissonnette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !