•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les critères sélectifs de l'assurance-emploi : témoignage d'une femme de Baie-Comeau

Sandra Jacques, en compagnie de sa fille
Sandra Jacques, en compagnie de sa fille
Radio-Canada

Une femme de Baie-Comeau s'est vue refuser sa demande de prestations d'assurance-emploi, parce que les soins que requiert son enfant handicapé limitent sa disponibilité à l'emploi.

Sandra Jacques était assistante dentaire jusqu'à tout récemment. La conciliation travail-famille était possible tant que sa fille Pamela, atteinte de paralysie cérébrale, fréquentait l'école primaire.

La donne a toutefois changé avec son passage au secondaire où il n'y a pas de service de garde.

« Elle n'est pas capable de rester longtemps toute seule, explique Mme Jacques. C'est pour cela que je l'ai amenée à mon travail et des fois, c'est mon conjoint qui l'amenait. Ça devenait pas mal conflictuel. »

Sandra Jacques en est venue à ne plus pouvoir faire son travail de façon efficace.

« J'avais des troubles de concentration, dit-elle. Ça me demandait beaucoup de jus de gérer tout ça. »

Pas d'assurance-emploi

Elle a démissionné de son poste et comptait sur l'assurance-emploi pour faire la transition vers un autre emploi moins contraignant. Mais elle devra s'en passer.

« On acceptait mon départ volontaire, mais puisque j'avais un enfant handicapé, je n'étais pas disponible de jour, de soir, de nuit, de fin de semaine et à cause de ça, on a refusé mon chômage », se désole-t-elle.

Son conjoint a un revenu, mais Sandra Jacques plaint ceux qui, dans une telle situation, n'ont pas d'autres ressources.

Je trouve ça injuste pour toutes les personnes qui sont monoparentales ou qui sont aidants naturels.

Sandra Jacques

Elle demande maintenant une révision de son dossier.

Pour sa part, le ministre de l'Emploi et du Développement social confirme que si Mme Jacques veut toucher des prestations, elle devra faire la preuve qu'elle est disponible au travail à toute heure du jour et de la nuit, tous les jours de la semaine.

D'après le reportage d'Hervé Gaudreault

Est du Québec

Société