•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ebola au Texas : la deuxième infirmière contaminée était fiévreuse lorsqu'elle a pris l'avion

Une employée de Frontier Airlines à l'aéroport de Cleveland dirige des clients.

Une employée de Frontier Airlines à l'aéroport de Cleveland dirige des clients.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Tony Dejak

Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La deuxième infirmière à avoir contracté l'Ebola dans un hôpital de Dallas a voyagé à bord d'un avion de Cleveland à Dallas, lundi, alors qu'elle était porteuse de la maladie et qu'elle faisait déjà de la fièvre. Les autorités sanitaires américaines demandent aux passagers qui ont voyagé sur ce vol de les contacter.

Une source fédérale américaine a révélé, mercredi soir, que l'infirmière Amber Vinson avait informé le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) qu'elle était légèrement fiévreuse au moment de prendre son avion.

Comme sa température corporelle se situait sous la barre des 38 degrés Celsius (100,4 degrés Farenheit) fixée par le CDC, à 37,5 degrés Celsius (99,5 degrés F), Amber Vinson n'a pas été empêchée de voyager.

Les risques que d'autres passagers aient été infectés sont très faibles, puisque la jeune infirmière de 29 ans n'a pas eu la nausée et n'a pas saigné durant le vol, selon le directeur du CDC, Thomas Frieden. Il affirme qu'Amber Vinson n'aurait toutefois pas dû se retrouver à bord de l'avion. 

Le CDC demande donc aux 132 passagers du vol 1143 de la compagnie Frontier Airlines de composer le 1-800-CDC-INFO pour répondre à quelques questions et assurer un suivi.

Pour regarder la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Amber Vinson a obtenu un résultat positif d'infection à l'Ebola, mardi, après avoir ressenti des symptômes de la maladie et avoir eu de la fièvre. L'infirmière s'est occupée de Thomas Eric Duncan, le patient libérien mort de l'Ebola le 8 octobre au Texas Health Presbyterian Hospital.

Elle a aussitôt été placée en isolement, précise le département texan de la Santé.

Cette nouvelle contamination d'une infirmière aux États-Unis est jugée « très inquiétante » par les autorités sanitaires américaines qui se « préparent à l'éventualité de nouveaux cas dans les jours prochains », précise l'AFP.

D'ailleurs, la Maison-Blanche a annoncé mercredi soir que le président américain Barack Obama avait modifié son emploi du temps pour une deuxième journée consécutive. Plutôt que de se rendre dans les États du Rhode Island et de New York, jeudi, le président se concentrera sur la réponse de son administration face à l'éclosion de cas d'Ebola en sol américain.

L'enquête permet d'identifier des personnels soignants supplémentaires qui seront suivis de très près et nous nous préparons à l'éventualité de nouveaux cas dans les jours prochains.

Thomas Frieden, directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC)

Dimanche, une première infirmière âgée de 26 ans, Nina Pham, avait aussi été infectée par le virus après s'être occupée de Thomas Eric Duncan. Son cas a été confirmé dimanche et elle a été placée en isolement.

« Comme nous l'avons déjà dit au vu de notre enquête en cours, il n'est pas impossible que d'autres personnes aient été exposées au virus », a noté le CDC dans un communiqué.

Des policiers de Dallas discutent avec des voisins de la deuxième infirmière infectée par l'Ebola aux États-Unis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des policiers de Dallas discutent avec des voisins de la deuxième infirmière infectée par l'Ebola aux États-Unis.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Brandon Wade

Pendant qu'aux États-Unis on traite un troisième cas d'Ebola, en Afrique de l'Ouest, la situation se détériore rapidement. En Europe, la France a annoncé qu'elle instaurera un dispositif de contrôle sanitaire dans ses aéroports à l'arrivée des vols en provenance des zones touchées par l'Ebola, a annoncé mercredi la présidence française dans un communiqué.

L'épidémie hors de contrôle

« Le monde est en train de perdre la guerre contre l'Ebola » , a prévenu mardi Anthony Banbury, chef de la mission des Nations unies chargée de coordonner la réponse d'urgence à Ebola (UNMEER).

L'épidémie « est loin devant nous, elle va plus vite que nous et elle est en train de gagner la course », a ajouté l'expert de l'ONU.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), de son côté, a dit craindre une explosion des cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest, où le taux de mortalité du virus atteint 70 %.

« Début décembre, on pourrait avoir de 5000 à 10 000 nouveaux cas par semaine au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée contre un millier actuellement », a affirmé mardi le docteur Bruce Aylward, directeur général adjoint de l'OMS.

Selon le dernier bilan de l'épidémie, le virus Ebola a fait jusqu'ici 4447 morts pour 8914 cas de la maladie recensés.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !