•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles technologies facilitent le trafic sexuel des jeunes femmes

Un homme devant un ordinateur
Un homme devant un ordinateur
Radio-Canada

Le trafic d'êtres humains est un problème grandissant au Canada, selon un nouveau rapport de la Fondation canadienne des femmes. Au coeur du problème, l'utilisation des nouvelles technologies. Le recrutement est désormais plus facile et le marché du sexe, plus lucratif.

De plus en plus de jeunes femmes sont recrutées à un très jeune âge.

Shelley Gilbert, coordinatrice des services sociaux à Legal Assistance of Windsor

Internet ouvre aux proxénètes un tout nouveau marché, qui génère beaucoup plus d'argent qu'auparavant. Ils font en moyenne 280 000 $ par année par jeune fille recrutée. En plus d'augmenter les profits, l'utilisation des nouvelles technologies permet un recrutement plus discret, qui échappe à la vigilance du public.

Selon le rapport :

• 90 % des victimes du trafic d'êtres humains proviennent de l'intérieur des frontières canadiennes;
• dans les cas présentés en cour entre 2007 et 2012 au Canada,100 % des victimes étaient des femmes;
• 3000 : nombre de victimes recensées en 2012 par les 266 organisations ayant participé à l'étude;
• 280 800 $: profit annuel moyen d'un proxénète, par femme;
• les coûts de l'esclavage sexuel sont nombreux pour l'État : frais médicaux, services aux victimes, aide psychologique à long terme, frais légaux et frais d'assistance sociale.

Des jeunes filles de 13 et de 14 ans

Les filles sont recrutées plus jeunes, généralement entre 13 et 14 ans. Et la moitié des jeunes filles victimes d'esclavage sexuel au Canada habitent dans des foyers d'accueil, ce qui permet aux proxénètes de réduire leurs dépenses, comme la nourriture.

Les proxénètes, pour la plupart des jeunes hommes d'origine canadienne, sont aussi plus difficiles à poursuivre en justice. Depuis 2011, la grande majorité d'entre eux s'est identifiée en cour comme étant le petit ami de leur victime.

Les victimes

• Les jeunes filles sont généralement recrutées à 13 ou 14 ans;
• la moitié sont recrutées en foyer d'accueil;
• la moitié (femmes et jeunes filles incluses) sont autochtones.


Les trafiquants

• La plupart des proxénètes sont des jeunes hommes âgés de 19 à 32 ans, d'origine canadienne;


• la moitié d'entre eux sont affiliés à des gangs de rue.


Les clients

• Les clients sont généralement des hommes blancs, mariés ou en en union de fait, éduqués et issus de la classe moyenne.

Ontario

Informatique