•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un aller simple mortel vers Mars, prédit une étude

Maquette du campement de la colonie de Mars One

Maquette du campement de la colonie de Mars One

Photo : YouTube/Mars One

Radio-Canada

Cinq étudiants en aéronautique du Massachusetts Institute of Technology (MIT) prévoient que les pionniers prêts à effectuer l'aller simple pour Mars que propose la société néerlandaise Mars One ont peu de chances de peupler la planète rouge.

En analysant les données scientifiques disponibles sur ce projet, ils sont arrivés à la conclusion qu'un premier décès « arrivera approximativement au bout de 68 jours de mission, par asphyxie ».

Dans leur rapport de 35 pages, les étudiants du MIT analysent avec des formules mathématiques et des graphiques les ressources en oxygène, en nourriture et en technologies disponibles pour cette mission censée être autosuffisante. Ils estiment que les plantes devant nourrir les colons produiront trop d'oxygène, précisant que la technologie pour équilibrer l'atmosphère « n'a pas encore été développée ».

En entrevue au magazine Popular Science, le PDG du projet, Bas Lansdorp, a indiqué que les données utilisées dans le rapport étaient incomplètes.

De terriens à martiens

Mars One vise à envoyer une équipe de quatre personnes tous les deux ans, à partir de 2024, pour coloniser cette planète, sans possibilité de revenir sur Terre. Ce projet de 6 milliards de dollars, qui doit aussi donner lieu à une émission de téléréalité, ne fait pas l'unanimité dans le milieu scientifique. Il a néanmoins reçu le soutien du lauréat néerlandais du Nobel de physique en 1999, Gerard't Hooft.

Dans leur rapport, les cinq étudiants en aéronautique soulignent entre autres que les colons martiens dépendront d'envois de pièces détachées vers Mars, ce que reconnaît le cofondateur du projet, M. Lansdorp. « Ils ont raison, le plus grand défi de Mars One est de garder tout en état de marche », a-t-il indiqué.

Plus de 200 000 personnes de 140 pays se sont portées volontaires pour participer à la mission, dont quelques dizaines de Canadiens. Le processus de sélection devrait se terminer l'an prochain et six équipes de quatre éventuels martiens commenceront alors leur entraînement.

Le voyage Terre-Mars devrait durer près de sept mois.

En juin, Mars One a signé une entente avec la société Endemol, qui produira plusieurs émissions de téléréalité, notamment pour suivre le processus de sélection et l'entraînement des pionniers, qui pourraient changer de planète dans 10 ans.

Jusqu'à présent, il n'y a eu que des missions robotiques sur Mars, toutes menées avec succès par la NASA, qui prévoit envoyer des astronautes sur Mars d'ici une vingtaine d'années.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Popular Science

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science