ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Situation désespérée, mais Jules se bat, dit Philippe Bianchi

Radio-Canada

Le père de Jules Bianchi ne se fait aucune illusion. Son fils est dans une situation « désespérée », a-t-il dit au journal italien Gazzetta dello Sport.

Philippe Bianchi
Philippe Bianchi © GI/TORU YAMANAKA

Le père de Jules Bianchi ne se fait aucune illusion. Son fils est dans une situation « désespérée », a-t-il dit au journal italien Gazzetta dello Sport.

Le pilote français est toujours dans un état critique, mais stable. Et pour l'instant, l'humeur est sombre.

« Il ne va pas abandonner, mais la situation est désespérée, a révélé Philippe Bianchi au journal italien. Chaque fois que le téléphone sonne, nous (son épouse Christine et lui) pensons que l'hôpital va nous annoncer que Jules est décédé.

« Les docteurs nous ont dit que personne n'avait jamais survécu à un tel accident, c'est déjà un miracle, a-t-il reconnu. Au début, les premières 24 heures étaient cruciales, puis les 72 premières heures. Aujourd'hui, Jules se bat toujours. Je lui parle, je sais qu'il m'entend. Son kiné Andrea nous a dit que si une personne pouvait s'en sortir grâce à sa volonté, c'était bien Jules. »

L'équipe Marussia a publié un communiqué, mardi, confirmant les dires de M. Bianchi. 

« Les neuf derniers jours ont été extrêmement durs pour Jules et sa famille, et après l'accident de Suzuka, il a fallu relever plusieurs défis médicaux, indique l'équipe. La situation reste compliquée en raison de la nature de la blessure de Jules. »

Philippe et Christine Bianchi ont été très touchés par les nombreux messages de soutien et de solidarité, et par les images de tous les pilotes réunis sur la grille de départ dimanche avant le départ du Grand Prix de Russie.

« Je n'avais jamais vu cela, a dit Philippe Bianchi dans le quotidien italien. Nous souhaitons les remercier tous. Beaucoup m'ont aussi écrit comme Fernando Alonso, Jean-Éric Vergne et Felipe Massa. Lewis Hamilton m'a aussi envoyé un courriel dans lequel il me dit qu'il est là si nous avons besoin de quelque chose, pareil de la part de Valentino Rossi et Marc Marquez (deux pilotes de moto Grand Prix). »

Philippe Bianchi comprend la situation de la famille de Michael Schumacher, revenu chez lui après six mois de coma à la suite d'un accident de ski.

« J'étais très triste quand il a été blessé et je me disais : "Pourquoi ne nous disent-ils pas comment il va?" Aujourd'hui, je suis dans la même situation, donc je comprends. Il n'y a pas de réponse à donner. Je ne peux pas répondre. Un jour, ça semble aller mieux, un autre jour moins bien. »

Le président de la FIA, Jean Todt, a bon espoir que Michael Schumacher retrouve une vie normale.

« J'espère que nous pourrons un jour dire la même chose à propos de Jules, a dit Philippe Bianchi. C'est très dur, notre famille a été détruite en une semaine. Que faisons-nous ici (au Japon) hormis vivre un cauchemar dans un pays très loin du nôtre? Quand Jules ira mieux, nous pourrons peut-être le transférer à Tokyo, les choses seront un peu plus faciles. Mais personne ne sait quand cela arrivera et si cela arrivera. Nous devons attendre. »

Les nouvelles de Schumacher

Le journaliste français Jean-Louis Moncet a provoqué une onde de choc en faisant ses révélations à la station de radio Europe 1, le jeudi 9 octobre.

Selon le journaliste français, c'est le montant de sa caméra Go-Pro qui « a abîmé son cerveau, pas la chute ».

L'entreprise américaine Go-Pro, spécialisée dans les caméras miniatures haute-définition, tente depuis cette révélation d'obtenir plus d'informations sur l'entrevue du journaliste français.

Selon l'agence de presse Reuters, depuis l'entrevue de Jean-Louis Moncet, les actions de l'entreprise auraient perdu 16 % de leurs valeurs.

« J'ai dit que j'avais vu Mick (le fils de Michael Schumacher), je n'ai pas dit qu'il m'avait parlé », a dit Jean-Louis Moncet, visiblement sur la défensive depuis son intervention radiophonique.

Course automobile

Sports