•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ebola : le vaccin canadien testé sur des humains

Une personne se fait vacciner

Photo : iStock/buffaloboy

Radio-Canada

Le vaccin expérimental canadien destiné à lutter contre la propagation du virus Ebola sera testé sur des humains volontaires.

La ministre de la Santé Rona Ambrose en a fait l'annonce en avant-midi. Il s'agit des premiers essais cliniques de ce vaccin, fruit d'années de travail, a souligné le docteur Gregory Taylor, administrateur en chef de l'Agence de la santé publique du Canada.

Nous espérons sincèrement que, lorsque ces essais seront terminés, le vaccin pourra être utilisé pour contribuer à sauver des vies et à mettre fin à cette épidémie dévastatrice.

Gregory Taylor

Lors de la phase 1, le vaccin sera testé sur un petit groupe de personnes. Le Canada en a fourni en tout 20 fioles pour les essais qui seront effectués en sol américain, au Walter Reed Army Institute of Research se trouvant à Silver Spring, au Maryland. Les chercheurs pourraient réaliser d'autres essais cliniques de phase 1 au Canada, en Europe et en Afrique.

Le vaccin comprend seulement des parties du virus, et non le virus entier. Lorsqu'il sera injecté à une personne, le virus décomposé est censé engendrer la fabrication d'anticorps. Les tests devraient permettre de déterminer l'innocuité du vaccin, sa dose adéquate, ainsi que ses effets secondaires potentiels.

Le sérum s'est déjà avéré très prometteur lors d'essais sur les animaux. Ces tests suggèrent que le vaccin est très efficace pour empêcher de contracter la maladie. Ils laissent aussi entrevoir qu'il peut aider à empêcher le développement de la maladie si on le reçoit immédiatement après avoir contracté le virus.

Le gouvernement du Canada détient la propriété intellectuelle associée au vaccin. Il a accordé une licence sur les droits à NewLink Genetics par l'entremise de sa filiale en propriété exclusive, BioProtection Systems.

Les résultats des essais de la phase 1 devraient être prêts en décembre. « Nous espérons que ces essais seront couronnés de succès, et que le vaccin sera approuvé pour être utilisé », a conclu Dr Taylor.

La ministre de la Santé Rona Ambrose a profité de l'occasion pour rappeler que le risque pour les Canadiens d'être atteints d'Ebola reste très faible, même si aux États-Unis, un deuxième cas a été signalé. La ministre a réitéré que les mesures de contrôle dans les principaux aéroports du pays ont été renforcées - même si celles-ci sont considérées comme une perte de temps et d'argent par certains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé