•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Fête des anges pour les « parents orphelins » à Gatineau

La Fête des anges des Gatineau s'est terminée par une envolée de colombes. (11-10-14)

Radio-Canada

Pour la première fois à Gatineau, environ une quarantaine de parents qui ont perdu un bébé durant la grossesse, à la naissance ou dans la première année de vie se sont rassemblés pour partager leur expérience.

La Fête des anges se tenait dans le cadre de la Journée québécoise de sensibilisation au deuil périnatal qui a lieu le 15 octobre.

Mélanie Lepage a participé à l'événement. Elle a dû apprendre à composer avec le deuil de ses deux enfants il y a quelques années.

« Je suis maman orpheline d'Erica, qui aurait commencé la maternelle cette année, et maman orpheline de Théo qui approcherait de son quatrième anniversaire », a-t-elle témoigné.

Elle est maintenant mère d'un petit garçon et a tenu à partager son expérience.

Si je suis ici aujourd'hui, c'est pour laisser un message d'espoir et de paix aux parents qui vivent leur deuil d'un peu plus près que moi.

Mélanie Lepage, mère

Son message s'adresse à des mères comme Nadine Belzile, qui a perdu sa fille durant sa grossesse.

« Je suis tombée en dépression majeure. J'ai souffert de stress post-traumatique au point où cinq mois après le décès de ma fille, j'ai été obligée d'être hospitalisée parce que ça n'allait plus », se rappelle-t-elle.

Se rassembler pour partager

Selon l'organisatrice du rassemblement, Véronique Tessier, qui a elle-même vécu un deuil périnatal, cette Fête des anges est importante.

« On veut briser l'isolement. Souvent, les parents qui perdent un bébé vont avoir tendance à rester chez eux et à ne pas parler de ce qu'ils ont vécu. C'est trop difficile », souligne-t-elle.

Le fait d'en parler avec une amie, un proche ou un collègue, n'équivaut pas à en discuter avec un parent qui a vécu la même expérience, selon Mélanie Lepage.

« Il y a des émotions qui peuvent être validées. On se sent moins seuls dans tout ça », ajoute-t-elle.

Une opinion que partage Nadine Belzile.

Ça m'aide, parce que ça fait un genre de pause dans ma vie où je peux juste me recueillir et penser à ma fille, sans être dérangée par le quotidien.

Nadine Belzile

L'évènement s'est terminé avec une envolée de colombes à la mémoire de ces bébés partis trop tôt.

D'après le reportage de Charlotte Landry

Ottawa-Gatineau

Santé