•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Étudiants mexicains disparus : de nouvelles fosses communes découvertes

Des policiers mexicains montent la garde près d'une fosse commune

Des policiers mexicains montent la garde près d'une fosse commune

Photo : ? Henry Romero / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quatre nouvelles fosses communes contenant des restes humains carbonisés ont été découvertes dans les environs d'Iguala, dans le sud-ouest du Mexique, à un endroit où auraient été massacrés des étudiants par des policiers et des membres d'un gang.

Cette découverte porte à dix le nombre de fosses mises au jour depuis dimanche sur le site.

Le procureur général de la République, Jesus Murillo, a indiqué jeudi que le mobile du massacre présumé n'était pas établi.

Des photos d'étudiants mexicains disparus sont affichées à un poste de péageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des photos d'étudiants mexicains disparus sont affichées à un poste de péage

Photo : ? Jorge Lopez / Reuters

Les étudiants, qui étaient en formation pour devenir professeurs, ont disparu après des affrontements avec la police le 26 septembre à Iguala dans l'Etat du Guerrero, une région instable tenue par les bandes criminelles.

Des échantillons d'ADN sont en cours de prélèvement chez les proches des disparus pour les comparer à ceux des restes retrouvés.

Le maire d'Iguala et sa femme recherchés

Les recherches pour retrouver le maire d'Iguala, José Luis Abarca, en fuite, ainsi que sa femme et le chef des forces de sécurité locale, sont désormais officiellement en cours, a précisé le procureur.

Dimanche, le procureur général du Guerrero, Inaky Blanco, avait annoncé que 28 corps avaient été découverts dans six fosses et qu'il était « probable » que les restes retrouvés soient ceux de certains des 43 étudiants disparus.

Trente-quatre personnes sont en garde à vue dans cette affaire, dont 22 policiers.

Mercredi, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Mexico pour réclamer que la lumière soit faite sur le sort des 43 étudiants portés disparus.

Le président mexicain Enrique Pena Nieto, qui avait promis de mettre fin au cycle de la violence lors de son élection il y a deux ans, a promis lundi que les auteurs du massacre seraient identifiés et jugés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !