•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants sera doublé

Le premier ministre Stephen Harper

Le premier ministre Stephen Harper

Photo : La Presse canadienne / Hannah Yoon

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral entend doubler le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants (CICPE). Il sera de l’ordre de 1000 $ dès l'année d'imposition 2014 et deviendra un crédit remboursable dès 2015.

Le premier ministre Stephen Harper en a fait l’annonce cet après-midi à Whitby en Ontario, une circonscription vacante depuis la démission de l'ancien ministre des Finances Jim Flaherty en mars. M. Flaherty est décédé un mois plus tard à l’âge de 64 ans.

Ces bonifications se veulent une réponse à « une promesse faite par notre gouvernement en 2011 (Nouvelle fenêtre) et permettront d’alléger le fardeau fiscal d’environ 850 000 familles », indique le bureau du premier ministre.

Le programme a été amorcé par le gouvernement conservateur dans le budget 2006 « pour aider à favoriser la bonne forme physique chez les enfants en rendant plus abordable pour les familles canadiennes l’inscription de leurs enfants à des activités physiques ». 

La guerre contre l’EI  s’invite au point de presse

Les journalistes n’ont pas manqué de demander au premier ministre des commentaires sur l’intervention canadienne au sein de la coalition internationale contre le groupe armé État islamique. Pour Stephen Harper, les Canadiens comprennent bien la menace que représente l’EI. « Il faut contrer cette menace de bien des façons et cela inclut le mode militaire », a-t-il ajouté.

M. Harper a par ailleurs refusé de livrer plus de détails sur des révélations de la GRC et des services canadiens de renseignement faisant état de la présence sur le sol canadien d'individus partisans des djihadistes de l'EI.

Indiquant que les agences de sécurité et les services de police « sont indépendants du gouvernement », il a indiqué que dans un passé récent ces services ont agi pour porter des accusations contre des gens impliqués dans des activités terroristes.

Stephen Harper a rappelé son engagement à la Chambre des communes à donner plus de pouvoir « à nos agences de sécurité pour surveiller ce phénomène ».

Politique