•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrôles aux aéroports contre le virus Ebola : du « gaspillage »

Des passagers enregistrent leurs bagages à l'aéroport Pearson de Toronto (archives).

Des passagers enregistrent leurs bagages à l'aéroport Pearson de Toronto (archives).

Photo : La Presse canadienne / PC/Michelle Siu

La Presse canadienne

Un spécialiste médical de la région de Toronto qualifie de « gaspillage de temps et d'argent » le resserrement des contrôles contre l'Ebola dans les aéroports, dont Pearson, annoncés par Ottawa.

Les voyageurs présentant des symptômes associés au virus devront se soumettre à un test de température corporelle par mesure préventive, comme aux États-Unis.

Déjà, « les voyageurs en provenance des pays d'Afrique de l'Ouest touchés [par l'épidémie] sont repérés, et on leur demande des informations sur leur état de santé », avait spécifié hier la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose.

Si un voyageur est malade ou qu'il dit avoir été en contact avec une personne malade, il sera envoyé à un officier de quarantaine de l'Agence de la santé publique du Canada. 

Pourtant, il n'existe aucun vol direct entre le Canada et les pays touchés par l'épidémie en Afrique de l'Ouest et des contrôles de la température sont déjà effectués au départ de ces pays, souligne l'infectiologue Neil Rau du service de santé régional de Halton. 

La probabilité que quelqu'un sera infecté par l'Ebola et sera touché à la frontière, c'est peu.

Neil Rau, infectiologue

Le Dr Rau explique que la période d'incubation de l'Ebola peut atteindre 21 jours et qu'un voyageur ne présentera pas nécessairement de symptômes d'infection à l'aéroport, comme on l'a vu dans le cas de Thomas Eric Duncan, cet homme du Liberia qui est mort aux États-Unis mercredi.

Il souligne que le test de la température avait été utilisé, sans succès selon lui, durant la crise du SRAS à Toronto en 2003.

Le spécialiste Kamran M. Khan de l'Hôpital St.Michael's de Toronto pense lui aussi qu'il faut concentrer les efforts de contrôle de l'Ebola dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Sierra Leone et Guinée) les plus touchés par l'épidémie.

Aux États-Unis, les passagers en provenance de ces trois pays feront l'objet de contrôles renforcés à leur arrivée dans cinq aéroports des États-Unis.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, au moins 8033 personnes ont contracté la maladie et près de 3900 d'entre elles en sont mortes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Maladie