•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'histoire de Roc-d'Or, alias Putainville

Roc-d'Or, alias Putainville.... Un village dont la réputation a souvent été évoquée pour justifier sa fermeture.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au printemps 1935, la Canadian Malartic Gold Mines construit son usine de traitement du minerai et devient la première mine en production dans le canton de Fournière.  Le village privé de Malartic voit alors le jour, mais aussi celui de Roc-d'Or, alias Putainville. Un village dont la réputation a souvent été évoquée pour justifier sa fermeture.

Reportage de Karine Mateu

Roc-d'Or est pourtant semblable à Rouyn ou à Val-d'Or : un village champignon créé rapidement au milieu de la forêt et peuplé majoritairement d'hommes qui travaillent dans les mines. Un village sans loi, où le vice est présent et contraste avec la ville voisine contrôlée par la compagnie minière de l'endroit....Malartic.

Par contre, Malartic ne sera pas reconnue comme ville avant plusieurs années. Son statut n'est donc pas celui de Noranda ou de Bourlamaque. Il s'agit, tout de même, d'un village privé et ceux qui n'y sont pas admis doivent s'installer sans permis sur les terres de la couronne, à Roc-d'Or. 

Chargement de l’image

Sur les lieux d'ancien village de Roc-d'Or. Route 117 avant d'entrer à Malartic.

Photo : Karine Mateu

Putainville : mythe ou réalité?

« Pendant sa courte existence entre 1936 et 1948, le vice, dit-on, est omniprésent. »

— Une citation de  Extrait du livre De l'or et des putes?

Malgré la présence de mœurs légères, l'historien et auteur du livre De l'or et des putes?, Alexandre Faucher, souhaite sortir des clichés et dresse un portrait plus nuancé de Roc-d'Or. Il affirme que, malgré ce surnom de Putainville, le village n'était pas plus débridé que Val-d'Or ou Rouyn.

« Pourtant, les individus qui s'installent à Roc-d'Or ne sont pas tous des dépravés, des criminels, des ivrognes ou des prostituées. Plusieurs professionnels, commerçants et honnêtes travailleurs, dont certains vont devenir de respectables citoyens de Malartic, ne sont tout simplement pas acceptés dans le village privé de Marlatic.  »

— Une citation de  Extrait du livre De l'or et des putes?

Fin de Roc-d'Or

« Un décret gouvernemental datant de 1943 signa l'arrêt de mort de Roc-d'Or. S'ensuivit le démantèlement d'un hameau qui, à son apogée, compta plus de 1100 habitants. »

— Une citation de  Extrait De l'or et des putes?

Comme le mentionne Alexandre Faucher, « la mauvaise réputation de Putainville est souvent considérée comme étant à l'origine du réaménagement de cette collectivité », mais est-ce la seule et véritable raison? 

« Le conseil municipal de Malartic se plaignait que Roc-d'Or parasitait le développement de leur ville, puisque les marchants ne payaient pas de taxes, ils pouvaient alors descendre leurs prix et battre toute concurrence.  Les gens de Malartic se sont liés pour combattre Roc-d'Or. Ils étaient plus riches, il y avait des dirigeants de compagnies minières qui avaient plus de poids sur les politiciens. Ils ont demandé l'éviction de Roc-d'Or. »

— Une citation de  L'historien Alexandre Faucher

De plus, pour incorporer Roc-d'Or, le gouvernement aurait dû investir dans des infrastructures. « Construire des routes, faire des aqueducs, creuser des égouts, mettre en place un conseil municipal, ce que personne ne souhaitait faire », explique Alexandre Faucher.

Les déménagements et les démolitions des maisons de Roc-d'Or se feront de 1943 à 1948.

Chargement de l’image

Cette maison est la seule qui a survécu à la fin de Roc-d'Or, car elle se situait à la frontière du village. Sur la photo: Alexandre Faucher.

Photo : Karine Mateu

Aujourd'hui, il ne reste plus aucune trace de cet ancien village érigé le long de la route 117, à l'exception d'une seule maison, celle de Monsieur Richard, épargnée parce qu'elle se trouvait à l'extérieur des limites de Roc-d'Or.

Sources

  • Faucher, Alexandre, De l'or et des putes?, Collection Mémoire vive, Éditions du Quartz, 2014;
  • BAnQ Rouyn-Noranda, archives judiciaires;
  • Beaulieu, Guillaume, En Abitibi-Témiscamigue, on l'disait! Toute la région en 100 contes et légendes, 2009.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !