•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs préoccupés par une espèce envahissante qui s'attaque aux algues

Algues séchées

Algues séchées

Photo : Jean-François Deschênes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La chaleur de l'été pourrait être responsable de la multiplication d'une espèce envahissante dans le fleuve Saint-Laurent, le membranipora membranacea, un minuscule animal qui s'attaque aux algues.

C'est un biologiste d'Exploramer, Mathieu Lemonde-Landry, qui a interpellé l'Institut Maurice-Lamontagne (IML). L'infestation l'inquiète. « J'ai vu qu'il y avait des observations en 2009 qui avaient été faites au large de Sainte-Anne-des-Monts, mais c'était loin d'être aussi important comme invasion par cette espèce-là », explique-t-il.

Mathieu Lemonde-Landry raconte que durant des activités en compagnie de touristes, des guides ont constaté une croûte blanche inhabituelle sur les algues. Il s'agissait de membranipora, un invertébré qui s'accroche à celles-ci par milliers, les empêchant de respirer. Selon le chercheur, en colonisant les algues, le membranipora peut les rendre cassantes.

L'Institut Maurice-Lamontagne alertée

La chercheuse Nathalie SimardAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chercheurs ont prélevé des échantillons.

Une chercheuse de l'Institut Maurice-Lamontagne, Nathalie Simard, s'est déplacée à Sainte-Anne-des-Monts pour constater l'ampleur de la prolifération. Elle a prélevé des échantillons.

Elle affirme qu'il n'y a pas qu'en Haute-Gaspésie que le membranipora a été observé cette année. Des chercheurs en ont également observé dans la baie des Chaleurs.

« Mais ce n'est rien de vraiment quantitatif, ce que je vous dis. C'est probablement en lien avec l'été plus chaud qu'on a eu », explique la biologiste.

Nathalie Simard ajoute que l'humain n'a rien à craindre, mais que si les algues meurent, elles ne peuvent plus servir d'abri ou de nourriture à plusieurs espèces marines.

Le membranipora membranacea est un invertébré originaire d'Europe qui vit dans les eaux peu profondes. Les scientifiques croient qu'il se propage grâce aux navires et aux activités aquicoles.

Une espèce encore peu connue

La chercheure demeure prudente dans ses conclusions. D'une part, les effets réels du membranipora sur l'écosystème du fleuve Saint-Laurent sont encore peu connus.

Algues séchéesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Algues séchées

Photo : Jean-François Deschênes

D'autre part, seulement deux secteurs ont pu être visités à Sainte-Anne-des-Monts par les chercheurs de l'IML, faute de temps. Ces derniers ont signalé que le premier site est complètement infesté, mais qu'il n'y a presque rien à l'autre endroit.

« On parle d'une situation qui semble évoluer vers quelque chose de différent par rapport aux années passées parce qu'on n'avait pas vu ça sur la plage. Mais est-ce que c'est une année qui est complètement anecdotique? Est-ce que l'année prochaine, ça va revenir comme c'était avant? Je pense qu'il faut prendre le temps de regarder ça comme il faut », explique Nathalie Simard.

Le membranipora est une des sept espèces envahissantes répertoriées dans les eaux du fleuve Saint-Laurent dans l'Est du Québec.

Des chercheurs ont prélevé des échantillons.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chercheurs ont prélevé des échantillons.

Photo : Jean-François Deschênes

D'après des informations recueillies par Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec