•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

500 signatures pour réclamer des enseignants immigrants

Jeanne Lehman, dont le fils fréquente l'École Joseph-Moreau à Edmonton, accorde une entrevue le 5 octobre 2014.
Jeanne Lehman, dont le fils fréquente l'École Joseph-Moreau à Edmonton, estime que le personnel enseignant du Conseil scolaire Centre-Nord doit représenter le multiculturalisme canadien. Photo: ICI Radio-Canada

Une pétition pour réclamer davantage d'enseignants immigrants au sein des écoles du Conseil scolaire Centre-Nord a recueilli 500 signatures.

Un des parents d'origine africaine qui a lancé la pétition, Victor Moke-Ngala, souligne que l'école de sa fille ne compte aucun enseignant de la même origine qu'elle. Selon M. Moke-Ngala, sa fille, qui va à l'École Sainte-Jeanne-d'Arc, lui a confié qu'elle ne serait pas à l'aise avec un enseignant noir, car elle n'en a jamais eu. « Alors pour elle, c'est comme si seul un Blanc peut être enseignant », résume-t-il.

Jeanne Lehman affirme aussi qu'il n'y a aucun enseignant d'origine africaine, comme son fils, à l'École Joseph-Moreau. « Avoir des enseignants de diverses origines aide les enfants à devenir de bons citoyens », croit-elle.

Au dernier recensement, les immigrants formaient 20 % de la population francophone à Edmonton, et leur nombre augmente. L'an dernier, le Centre d'accueil et d'établissement d'Edmonton a dénombré 600 nouveaux arrivants francophones. Cette année, il avait déjà dépassé ce nombre en juin. 80 % des nouveaux venus arrivaient d'Afrique subsaharienne, selon le directeur du Centre, George Bahaya.

Selon la directrice du département d'études en politiques d'éducation de l'Université de l'Alberta, Jennifer Kelly, à mesure que la population d'Edmonton grandit, il existe une réticence à s'attaquer aux problèmes raciaux parce que cela n'est pas habituel dans la ville.

« Nous aimons nous considérer comme des gens gentils, et les gens gentils ne reconnaissent pas que l'origine ethnique explique en partie comment nous nous basons sur nos expériences passées pour organiser nos vies », soutient-elle. Mme Kelly invite les conseils scolaires à « relever le défi et étudier comment rendre les écoles plus inclusives », pour mieux refléter la diversité culturelle d'Edmonton.

Le Conseil scolaire Centre-Nord a décliné les demandes d'entrevues de CBC, dimanche. Toutefois, il a indiqué qu'il planifie former un comité sur l'intégration culturelle cette semaine.

Alberta

Éducation