•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté haïtienne de Toronto réagit au décès de Jean-Claude Duvalier

Jean-Claude Duvalier lors de son retour en Haïti en 2011.

Jean-Claude Duvalier lors de son retour en Haïti en 2011.

Photo : La Presse canadienne / Ramon Espinosa

Radio-Canada

Un sentiment que justice n'aura pas été faite règne chez plusieurs membres de la communauté haïtienne de Toronto suite à l'annonce du décès de Jean-Claude Duvalier.

Celui que l'on surnommait « Bébé Doc » est mort d'une crise cardiaque samedi à Port-au-Prince. Il a dirigé Haïti de 1971 à 1986. De nombreuses plaintes ont été déposées contre Jean-Claude Duvalier notamment pour arrestations illégales et tortures mais aucun procès n'aura lieu. La justice haïtienne avait toutefois ordonné une nouvelle enquête en février dernier sur les crimes contre l'humanité qui lui sont reprochés.

L'auteure Marlène Thélusma Rémy, ne cache pas sa déception de savoir que Jean-Claude Duvalier ne sera pas jugé pour crimes contre l'humanité. « Je m'attendais à ce qu'il témoigne, qu'il se présente devant la justice et qu'il dise la vérité, toute la vérité pour le bien-être du peuple haïtien, mais malheureusement ça n'a pas eu lieu et ça n'aura pas lieu non plus. »

Marc Orelus, un Torontois d'origine haïtienne est du même avis.

J'avais vraiment souhaité qu'il y ait une sorte de justice, que la justice tranche pour qu'on puisse savoir ce qui s'est passé, qu'on en finisse avec cette histoire une fois pour toute. 

Marc Orelus

Paterson Louis-Jean, copropriétaire du restaurant La Créole comprend que le passé est encore frais dans la mémoire collective d'Haïti. Il croit cependant qu'il est important pour le peuple haïtien de tourner la page.

C'est important de passer à l'autre étape qui est de continuer et de rebâtir ce qui reste de notre pays qu'on appelle Haïti.

Paterson Louis-Jean

Toutefois, pour certains, les cicatrices du régime Duvalier sont encore vives.

Il y a cette blessure constante qui est en dedans de moi par l'observation des exactions.

Dr Éric Pierre.

Ontario

Société