•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PQ : pas de primaires ouvertes et un chef en mai

Le Parti québécois

Avec les règles de la course maintenant établies, plusieurs candidats pressentis devraient confirmer leurs intentions au cours des prochaines semaines. Or, l'un d'entre deux semble déjà avoir gagné une avance difficile à rattraper: Pierre Karl Péladeau. Le reportage de Michel Marsolais.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les militants du Parti québécois ont décidé de prolonger d'un mois la course à la direction du parti. Le premier tour pour désigner le prochain chef aura lieu du 13 au 15 mai plutôt qu'à la mi-avril, ce qui était prévu jusqu'ici.

Si un deuxième tour est nécessaire, il aura lieu du 20 au 22 mai prochain.

Les militants ont convenu de ses règles samedi à l'occasion de la Conférence nationale des présidents, qui se tient à Sherbrooke.

L'exécutif a également rejeté la proposition de demander une contribution de 30 000 $ aux candidats à la succession à Pauline Marois. Ils ont plutôt opté pour un montant de 20 000 $.

Les candidats pourront dépenser 400 000 $ au cours de leur campagne, ont aussi statué les délégués. La proposition initiale était de 300 000 $, mais les militants ont décidé de la hausser en raison de la prolongation de la campagne.

Les aspirants auront jusqu'au 30 janvier pour déposer leur bulletin de candidature. Chacun devra présenter les signatures d'au moins 2000 membres en règle provenant d'au moins 9 régions du Québec, ainsi que d'au moins 50 circonscriptions différentes.

Pas de primaires ouvertes

Plus tôt dans la journée, la possibilité que les « sympathisants » de la formation aient le droit de participer au choix du prochain chef a aussi été écartée, une idée privilégiée par les députés de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, et de Rosemont, Jean-François Lisée . Ainsi, comme le veut la formule actuelle, seuls les membres du parti auront le droit de se prononcer.

« L'assemblée a préféré le statu quo, mais on aura plein d'autres occasions de faire preuve d'ouverture et d'envoyer un message de rassemblement à tous les souverainistes », a indiqué Alexandre Cloutier après la décision.

Selon Rémy Trudel, ex-ministre péquiste aujourd'hui professeur à l'ENAP, le PQ n'a tout simplement pas les moyens de laisser voter tous les sympathisants de la formation lors de la course à la direction. « Ça prend une bonne organisation et de l'argent pour faire ça. [...] À mon avis ce n'est pas le cas du PQ », a-t-il affirmé en entrevue à Radio-Canada.

Parmi les candidats pressentis pour succéder à Pauline Marois, on peut citer Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée, Martine Ouellet, Bernard Drainville et Pierre Karl Péladeau. Déjà, Jean-François Lisée a croisé le fer avec le favori dans la course, Pierre Karl Péladeau.

Notre dossier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !