•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de médecins à Ashern

Cette affiche, placée sur la porte de l'hôpital général Lakeshore vendredi, indique que seules des inirmières sont présentes à l'urgence.

Cette affiche, placée sur la porte de l'hôpital général Lakeshore vendredi, indique que seules des inirmières sont présentes à l'urgence.

Photo : Holly Caruk

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La communauté d'Ashern, dans la région d'Entre-les-lacs, vit une pénurie de médecins. La situation est telle qu'il n'y a parfois aucun médecin présent à l'urgence de l'hôpital local.

Vendredi, une affiche sur la porte de l'urgence de l'hôpital général Lakeshore indiquait que seules des infirmières étaient disponibles pour offrir des soins aux patients

« Nous avons des défis dans plusieurs communautés de notre région pour recruter et retenir des médecins, et Ashern est une de ces communautés », explique John Stinson, directeur général de l'Office régional de la santé d'Entre-les-Lacs et de l'Est.

Il explique qu'il y a deux médecins à Ashern et qu'ils fournissent des soins sur appel pour l'hôpital. « Mais ils ne peuvent pas le faire chaque jour, dit-il, parce que vous ne pouvez faire ça chaque jour, sinon vous vous épuisez. »

Selon la préfète de la municipalité rurale de Grahamdale, Diane Price, l'absence de médecins à l'urgence d'Ashern, affecte près de 5000 personnes dans les municipalités rurales de Grahamdale et Siglunes. Elle ajoute que l'autre hôpital le plus près se situe à une heure de route.

Des ambulanciers de la région ont expliqué qu'ils doivent alors transporter les patients à Eriksdale ou Gimli, et ajoutent que c'est trop loin pour un patient qui a un problème urgent, comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

La préfète dit craindre le pire et demande à la province d'embaucher des infirmières praticiennes, en attendant, afin d'alléger le fardeau des médecins présents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !