•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard met en garde les commissions scolaires

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Si les commissions scolaires s'avèrent incapables de remplir leur mandat avec les budgets qui leur sont alloués, le gouvernement devra le revoir, a prévenu le premier ministre Philippe Couillard à l'issue du forum sur la lutte contre l'intimidation à Québec.

« Si la conclusion des commissions scolaires est que dans le cadre financier actuel il leur est impossible d'accomplir leur mandat, la solution n'est pas d'éloigner l'équilibre budgétaire, c'est de revoir profondément le rôle des commissions scolaires. Pour moi, c'est la prochaine étape logique qui suit », a-t-il expliqué.

M. Couillard a précisé que le gouvernement avait amorcé sa réflexion sur le mandat des commissions scolaires sans privilégier un scénario plutôt qu'un autre.

Il a rappelé que c'est à Québec de « fixer les objectifs budgétaires » de la province et que les commissions devaient s'y conformer.

Devant les compressions budgétaires du gouvernement québécois, plusieurs commissions scolaires ont haussé leurs taxes. Certaines, comme la Commission scolaire des Patriotes, ont décidé de larguer tout le pan du service de l'aide aux devoirs pour réussir à absorber les compressions budgétaires pour l'année en cours.

La lutte contre l'intimidation a également souffert des compressions budgétaires de Québec, puisque certaines commissions scolaires ont décidé de réduire les sommes allouées à ce poste budgétaire.

Un plan d'action en 2015

Le premier ministre a fait cette mise en garde aux commissions scolaires après avoir dressé un bilan du forum sur la lutte contre l'intimidation.

M. Couillard a indiqué qu'un plan d'action serait présenté en 2015 et en a présenté les grandes lignes : 

  • Le renouvellement de la politique jeunesse qui remonte à 2001;
  • Un volet autochtone spécifique;
  • Un volet sur la cyberintimidation
  • Une mesure législative pour encadrer la collaboration entre les milieux scolaires et policiers
  • Un volet sur les aînés

Le forum a réuni des députés de tous les horizons de l'Assemblée nationale. Seule Manon Massé, de Québec solidaire, a claqué la porte du forum, mercredi, en dénonçant l'abandon par le gouvernement d'une campagne de publicité destinée à lutter contre l'homophobie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !