•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prostitution et bagarres : les durs débuts de Val-d'Or

Chargement de l’image

Plusieurs activités illicites se déroulent dans des «back-shack», situés dans des sous-bois.

Photo : Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or-Fonds Guy Julien

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La prostitution a accompagné les débuts de l'Abitibi minière. Ce fut le cas dans les débuts de Val-d'Or.  La crise économique qui sévissait dans les grandes villes a incité les prostituées de Montréal à se rendre à Val-d'Or lors des jours de paye des mineurs, c'est-à-dire tous les quinze jours.

Reportage de Karine Mateu

La prostitution se faisait dans des « back-shacks » situés dans des sous-bois, mais aussi en plein milieu du camp minier de Val-d'Or. « En 1937, il y avait 10 bordels dans le camp minier de Val-d'Or », raconte l'animateur à la Cité de l'or, Raymond Couture. C'était au vu et au su de tout le monde. Une femme racontait que, dans le camp minier de Val-d'Or, il n'y avait que trois femmes respectables, les autres étaient des filles de joie. »

« Elles s'appelaient elles-mêmes filles d'affaires, mais les mineurs les appelaient filles du sport.  Elles arrivaient par train à Amos, ensuite par bateau vapeur jusqu'aux sentiers qui menaient au camp minier de Val-d'Or. À ce moment, il y avait une mare de boue.  Elles plantaient leur tente un peu partout dans le camp minier. »

— Une citation de  L'animateur à la Cité de l'or, Raymond Couture.

« Elles avaient de drôles de surnoms : P'tit-Ours, la petite Robie ou la grosse Robie, c'étaient les plus connues.  Il y avait un coin du camp minier, près de la rivière Thompson, qu'on appelait Monte-Carlo, un autre, Paris la nuit ou même, Hollywood.  »

— Une citation de   Raymond Couture.

Bagarres

Alors que sévissait la crise économique dans les grandes villes, plusieurs croyaient que leur avenir se trouvait dans ces nouvelles villes minières créées par la ruée vers l'or. Il y avait de l'argent à faire, mais il était gagné péniblement. « C'était très rude et très violent. À la sortie des débits clandestins, il y avait très souvent des bagarres », explique Raymond Couture.

« Dans les années 30, Val-d'Or possède l'atmosphère frénétique et les poussées d'adrénaline propres aux arènes de boxe, et Paul Laframboise y figure comme le champion toutes catégories.  »

— Une citation de  Extrait du livre Val-d'Or de l'historien Denys Chabot.
Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Paul Laframboise, l'un des batailleurs les plus redoutables de Val-d'Or, en 1935.

Photo : Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or, Fonds P357-Léo Laframboise

« Découlant des mœurs rudes de l'époque, les actes de violence sont courants. Au terme d'une bagarre en règle, en pleine rue, Alcide Boudreau se rappelle avoir vu, devant le Pionneer Store, huit hommes étendus par terre, la mâchoire fracassée. »

— Une citation de  Extrait du livre Val-d'Or 

Du conte à la réalité...

Dans la capsule historique de la journaliste Karine Mateu, vous entendrez des extraits du spectacle Hommes de pioche de la conteuse Renée Robitaille, présenté en 2010.   La conteuse s'est inspirée d'histoires de mineurs pour son spectacle...

Raid policier historique

La sécurité était assurée par la Sûreté provinciale.  Les policiers ne pouvaient donc pas intervenir rapidement pour contrer les débits d'alcool illégal, les maisons de jeux, la prostitution ou les bagarres.  Malgré tout, certains raids policiers ont marqué l'histoire....

« Quand la Sûreté provinciale tend ses filets, les prises peuvent s'avérer impressionnantes en nombre. Ainsi, le 11 décembre 1938, en une nuit, 144 personnes sont arrêtées dans des maisons de désordre ou dans des tripots...Le raid, mené par le sergent Émile Moffet, mobilise 16 policiers. Il commence à 1h30 du matin pour se terminer à 7h. Huit maisons sont visitées et les occupants, 118 hommes et 26 femmes, sont mis en état d'arrestation... Les hommes doivent verser 15$. Les femmes doivent attendre le rapport du médecin, qui les examine une à la suite de l'autre », extrait du livre Val-d'Or.

Sources:

  • Robitaille, Renée, Spectacle Hommes de pioche, 2010;
  • Chabot, Denys, Val-d'Or, Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or, 2009;
  • Entrevue avec Raymond Couture, animateur au site touristique de La Cité de l'or, à Val-d'Or.

À surveiller : l’exposition permanente de La Cité de l'or sur les moeurs des débuts de l'Abitibi minière dont une section sera consacrée aux moeurs légères.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !