•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des insecticides néfastes dans nos rivières

    Photo : La semaine verte

    Radio-Canada

    Les néonicotinoïdes sont une fois de plus montrés du doigt. Cette nouvelle famille d'insecticides qu'on accuse d'être responsable du déclin des colonies d'abeilles contamine maintenant les rivières agricoles.

    Un texte de Gilbert BéginTwitterCourriel de La semaine verte

    Un rapport du ministère de l'Environnement du Québec qui sera publié sous peu confirme que ces insecticides ont maintenant gagné les cours d'eau.

    Ça nous a surpris de les détecter si rapidement.

    Isabelle Giroux, du ministère de l'Environnement du Québec

    La spécialiste Isabelle Giroux, du ministère de l'Environnement, est responsable de la qualité des cours d'eau en milieu agricole. Comme les néonicotinoïdes sont utilisés en agriculture depuis peu, elle ne s'attendait pas à les retrouver si vite dans autant de cours d'eau.

    On suit une vingtaine de rivières chaque année au Québec et on a retrouvé des néonicotinoïdes dans chacun de ces cours d'eau.

    Isabelle Giroux, du ministère de l'Environnement du Québec

    Le ministère de l'Environnement retrouve ces insecticides dans des cours d'eau qui alimentent notamment les rivières Yamaska, Richelieu ou encore Châteauguay. Ces rivières drainent toutes des bassins dont les terres sont surtout agricoles.

    Des normes inexistantes

    Mais qu'en est-il des concentrations détectées? Le problème, c'est que Québec n'a pas encore déterminé les seuils acceptables pour ces insecticides dans l'eau, leur utilisation étant encore trop récente.

    Isabelle Giroux a cependant comparé les concentrations mesurées avec les normes européennes.

    Il y a des dépassements. Certains types de néonicotinoïdes dépassent de deux à cinq fois les limites acceptables pour la qualité de la vie aquatique.

    Isabelle Giroux, du ministère de l'Environnement du Québec

    Des puits contaminés

    Et ce n'est pas tout. Le rapport actuellement en rédaction mentionne que les néonicotinoïdes peuvent aussi contaminer les eaux souterraines. Le ministère de l'Environnement a détecté des insecticides dans les puits d'agriculteurs qui cultivent la pomme de terre.

    Cette fois, par contre, Isabelle Giroux rappelle que Santé Canada possède des critères pour la qualité de l'eau potable.

    Dans le cas des puits, les résultats ne dépassaient pas les valeurs dommageables pour la santé.

    Isabelle Giroux, du ministère de l'Environnement du Québec

    La réplique des fabricants

    Cet été, une équipe de chercheurs indépendants a tiré la sonnette d'alarme. Après quatre années d'études, les scientifiques concluent que les néonicotinoïdes causent des dommages non seulement aux abeilles, mais aussi à plusieurs autres espèces utiles comme des invertébrés aquatiques et terrestres; une étude que critiquent les fabricants d'insecticides.

    Ils répliquent que leurs produits représentent plutôt une avancée pour les agriculteurs et un risque acceptable pour l'environnement.

    Toutes nos études ont été déposées auprès de Santé Canada en 2004 pour homologation. Si les risques étaient inacceptables, Santé Canada n'aurait pas autorisé ces produits.

    Pierre Petelle, de CropLife Canada

    Santé Canada a bel et bien autorisé les néonicotinoïdes en 2004, mais seulement sur une base temporaire.

    Les jours des néonicotinoïdes sont-ils comptés ?

    Cet été, Santé Canada a entrepris ses propres études de toxicité sur les néonicotinoïdes. Pour l'instant, ces insecticides sont toujours autorisés au pays, tout comme aux États-Unis.

    Mais les organismes fédéraux américain et canadien viennent de corriger le tir. Devant les protestations et les preuves scientifiques qui s'accumulent, ils ont entamé une révision complète de l'homologation des néonicotinoïdes. Les conclusions sont attendues en 2015.

    Où sont les néonicotinoïdes?

    Les néonicotinoïdes sont partout. C'est actuellement la classe d'insecticides la plus vendue dans le monde. La famille comprend sept ingrédients actifs, qui sont surtout utilisés en agriculture, mais aussi dans notre quotidien.

    La poudre insecticide enrobe désormais presque toutes les semences de maïs et de soya. Ils sont aussi utilisés pour la culture de la pomme de terre et du riz.

    Étonnamment, on les utilise également pour traiter les gazons et les tulipes. On a même recours à leur pouvoir insecticide dans les colliers antipuces pour animaux.

    Québec

    Science