•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bouée de sauvetage pour prévenir les noyades dans la rivière des Outaouais

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Daniel Leblanc, un résident de Gatineau, a installé une bouée de sauvetage sur une clôture donnant sur la rivière des Outaouais pour prévenir les noyades près des rapides de l'île Bate.

Daniel Leblanc, un résident de Gatineau, a installé une bouée de sauvetage sur une clôture donnant sur la rivière des Outaouais pour prévenir les noyades près des rapides de l'île Bate.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un Gatinois a décidé d'installer une bouée de sauvetage sur une clôture donnant sur la rivière des Outaouais pour prévenir les noyades près des rapides à l'île Bate. Daniel Leblanc dit avoir voulu poser un « geste d'entraide citoyenne », afin de réduire le nombre de noyades dans ce secteur.

Il espère que cette bouée va permettre aux citoyens d'agir rapidement auprès des personnes en détresse dans la rivière, tout en ne mettant pas leur propre vie en danger.

Il y a trop de gens qui se noient ici, c'est proche de chez moi et je voulais faire quelque chose.

Daniel Leblanc

M. Leblanc a décidé d'installer cette bouée à la suite de la mort de Michael Lumahang, qui s'est noyé dans la rivière des Outaouais au début du mois de septembre en tentant de sauver un enfant.

« C'était plus fort que moi. C'est un geste que je pouvais faire et que je voulais faire pour éviter une prochaine tragédie ici », a-t-il expliqué.

Tableau comparatif des noyades au Québec en 2013 et 2014Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tableau comparatif des noyades au Québec en 2013 et 2014

Daniel Leblanc aimerait que d'autres imitent son geste, notamment les pouvoirs publics.

À ce sujet, la Commission de la capitale nationale (CCN), qui est propriétaire de l'île Bate, dit comprendre les préoccupations de M. Leblanc et se montre ouverte à en discuter avec lui.

Cet été, au moins deux personnes se sont noyées dans la rivière des Outaouais. Il y a environ cinq noyades par année à Gatineau, mais elles ne se produisent pas toutes dans la rivière des Outaouais.

D'après les informations du journaliste Michel-Denis Potvin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !