•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La parution d'un livre sur le printemps érable sème la controverse

Des manifestants,  dans le secteur de Hull, ont dénoncé la hausse des frais de scolarité, un an après le printemps érable.

Des manifestants, dans le secteur de Hull, ont dénoncé la hausse des frais de scolarité, un an après le printemps érable.

Radio-Canada

La parution d'un ouvrage littéraire portant sur la grève étudiante du printemps 2012 en Outaouais ne fait pas l'unanimité.

L'annonce du lancement du livre Tisser le fil rouge, un ouvrage de 270 pages rédigé par des professeurs, étudiants et militants de la région, n'apparaît pas sur le site Internet de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et a été retiré de sa page Facebook.

La direction de l'UQO évoque une obligation de réserve devant les tribunaux et refuse de diffuser de l'information partisane.

« Le contenu de ce livre touche à des éléments qui sont actuellement sub judicie, à la demande du Syndicat des professeurs de l'UQO. L'Université du Québec en Outaouais entend respecter son devoir de réserve envers le système juridique québécois en la matière », a mentionné la direction de l'Université, dans un échange de courriels avec Radio-Canada.

La présidente du syndicat des professeurs, Louise Brillant, a réfuté cet argument. « Les quatre griefs qui sont en cour sont en lien avec nos conditions de travail. Le conflit étudiant n'est pas devant l'arbitre », soutient-elle.

La professeure ajoute que la position de la direction de l'UQO équivaut, selon elle, à ni plus ni moins que de la censure. « En adoptant cette position, la direction de l'UQO menace nos libertés politiques et académiques », conclut-elle.

Le lancement de l'ouvrage est prévu mercredi.

Ottawa-Gatineau

Éducation