•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La « révolution des parapluies » se poursuit à Hong Kong

Radio-Canada

Des militants prodémocratie ont étendu leurs manifestations à travers Hong Kong, lundi, faisant fi des appels au calme alors qu'ils continuent à dénoncer les limites imposées par Pékin aux réformes démocratiques dans ce centre financier asiatique.

Des militants prodémocratie ont étendu leurs manifestations à travers Hong Kong, lundi, faisant fi des appels au calme alors qu'ils continuent à dénoncer les limites imposées par Pékin aux réformes démocratiques dans ce centre financier asiatique.

Dans un geste apparent d'apaisement, le gouvernement de Hong Kong avait annoncé lundi matin qu'il avait ordonné aux forces antiémeute de se retirer des rues de la ville, après une nuit d'affrontements avec les manifestants.

Mais ces derniers ont refusé de libérer une autoroute normalement très achalandée près du siège du gouvernement de Hong Kong. Les partisans du mouvement ont par ailleurs commencé à parler sur les médias sociaux de « révolution des parapluies », en référence au recours aux parapluies, aux bâches de plastique et à d'autres moyens de défense improvisés utilisés par les manifestants.

Par voie de communiqué, le gouvernement avait précédemment appelé les protestataires à « libérer les routes occupées dès que possible pour laisser le passage aux véhicules d'urgence et rétablir les transports publics ».

L'ancienne colonie britannique, qui bénéficie d'une autonomie relative depuis sa rétrocession à la Chine, en 1997, demeurait paralysée lundi matin. Plus de 200 lignes d'autobus ont été suspendues ou déviées, la circulation des tramways était perturbée et des stations de métro étaient fermées. De nombreuses écoles sont restées portes closes, de même que bon nombre d'entreprises.

La Bourse de Hong Kong évoluait également en nette baisse et perdait 2,32 % vers 2 h 30 UTC, alors que l'indice des bourses asiatiques hors Japon reculait de 1,2 %.

Le mouvement prend de l'ampleur

La campagne de désobéissance civile qui couve depuis des semaines s'est brutalement accélérée au cours du week-end. Les manifestants étaient résolus à dénoncer la décision de Pékin de limiter la portée du suffrage universel aux élections de 2017.

Ces derniers se sont rassemblés par dizaines de milliers dans les quartiers du centre-ville, mais aussi dans le secteur de Kowloon, en face de l'île de Hong Kong.

Les manifestants ont reçu, lundi, l'appui du président taiwanais, Ma Ying-jeou, qui a appelé la Chine à « entendre leurs revendications ».

Les étudiants, qui observent depuis une semaine une grève des cours, sont le fer de lance du mouvement. Ils ont notamment fait irruption vendredi au siège du gouvernement local, avant d'en être évacués sans ménagement par la police.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

International