•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelque 2000 personnes à la journée de mobilisation à Shawinigan

Des participants à la marche de mobilisation de Shawinigan

Le reportage de Marie-Pier Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Citoyens, gens d'affaires et organismes communautaires de Shawinigan ont manifesté samedi après-midi à l'occasion de l'événement « Shawinigan, on se tient debout ». Ils réclament de l'aide du gouvernement québécois pour relancer l'économie de leur ville.

« On a fait confiance. Mais cette fois-ci, la confiance est moins là. Je pense que faire un événement de même, c'est lancer un message fort au gouvernement. On veut que ça bouge. »

— Une citation de  Claude Villemure, organisateur de l'événement

Les participants se sont réunis vers 13 h au parc Saint-Jean-Baptiste, dans le secteur Grand-Mère, et ont marché jusqu'au parc Foreman, devant l'usine Laurentide. Des leaders locaux y ont pris la parole. Le maire de Shawinigan Michel Angers a profité de cette tribune pour demander à Québec un fonds de développement de Shawinigan de 20 millions de dollars.

Les députés libéraux Marc Plante, Julie Boulet et Pierre Giguère étaient notamment présents à la marche, tout comme le député néo-démocrate de Trois-Rivières Robert Aubin.

Absences remarquées : celle du ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique, Jean-Denis Girard, ainsi que celle du maire de Trois-Rivières Yves Lévesque.

Les conseillers municipaux de Trois-Rivières Jean-François Aubin et Marie-Claude Camirand ont toutefois pris part à l'événement.

Le mouvement « Shawinigan, on se tient debout » a été créé dans la foulée de l'annonce de la fermeture de l'usine Laurentide. Quelque 275 travailleurs perdront leur emploi le 15 octobre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !