•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lego victime de son succès

Le reportage de Raphaël Bouvier-Auclair
Radio-Canada

Les briques Lego sont plus prisées que jamais. Certains commerçants de jouets indépendants du Canada craignent de manquer de ces produits pour la période des fêtes. L'entreprise danoise, qui est en quelque sorte victime de son succès, affirme qu'elle tentera d'aider les marchands à répondre à la demande. Une situation qui aurait été inimaginable il y a une dizaine d'années, alors que Lego était déficitaire.

Un texte de Raphaël BouvierTwitterCourriel

Décembre approche à grands pas. Et c’est encore plus vrai pour les commerçants de jouets. Ce qu’ils craignent, c’est qu’un de leurs produits très populaires soit absent des tablettes pendant les fêtes.

Katie MacKinnon du magasin de jouets Treasure’s Island Toys de Toronto dit avoir été avertie par son fournisseur Lego qu’il n’y aurait plus d’autres livraisons d’ici la période des fêtes. Selon elle, la situation actuelle est un effet secondaire de la popularité du film Lego, qui a été lancé en février dernier. « La demande a été sous-estimée », croit-elle.

Chez Lego, on reconnaît que la demande n’a jamais été aussi importante. Dans un communiqué, l’entreprise affirme toutefois avoir mis en place un système de vente en ligne qui permet aux détaillants indépendants de se procurer certains articles. « Mais tous les produits populaires ne sont pas nécessairement offerts sur cette plateforme », note Katie McKinnon de Treasure’s Island Toys.

En chiffres

  • 1978 : première année de production de la figurine Lego
  • 11 755 : employés de Lego

Hausse des revenus

Si les produits de Lego semblent être très profitables cette année, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a 10 ans, l’entreprise danoise vivait une situation financière difficile. En 2004, ses pertes nettes se chiffraient à plus de 360 millions de dollars. L’année dernière, cependant, les bénéfices nets de Lego ont été de plus de 1,1 milliard de dollars. Depuis, les coffres de la compagnie ont continué de se remplir.

En septembre, le groupe danois est devenu le premier producteur mondial de jouets, surpassant l’américain Mattel.

Selon Alain Tremblay, expert en marketing des jouets, les succès de l’entreprise découlent de certains bons choix. Il note entre autres les ententes qui ont permis la création de figurines Lego à l’effigie de personnages célèbres, comme ceux de La guerre des étoiles, du Seigneur des anneaux, ou encore des films d'Indiana Jones et de Harry Potter. M. Tremblay souligne également que Lego ne fait pas qu’offrir des jouets.

Ses briques et ses figurines sont l’objet d’un film, mais aussi de nombreux jeux vidéo. Si la technique a déjà été utilisée avec les personnages Transformers de la firme de jouets Hasbro, Alain Tremblay estime qu’elle sera incontournable dans les années à venir dans une industrie du jouet en pleine transition. « Les plateformes multimédias vont vraiment être explorées à fond. Maintenant, ce ne sera plus juste de mettre un jouet sur le marché. Il faudra une histoire solide, des livres, des jeux vidéo. Il faut un style de vie pour que l’enfant puisse être immergé par la marque », explique-t-il.

Profits ou pertes de Lego (en dollars canadiens)

  • 2000 : - 157 964 790 $
  • 2001 : + 81 928 790 $
  • 2002 + 61 969 340 $
  • 2003 - 177 734 150 $
  • 2004 : - 367 063 790 $
  • 2005 + 95 995 450 $
  • 2006 : + 271 828 700 $
  • 2007 + 195 412 520 $
  • 2008 + 257 001 680 $
  • 2009 + 418 958 360 $
  • 2010 + 706 754 620 $
  • 2011 : + 790 774 400 $
  • 2012 + 1 066 975 170 $
  • 2013 : + 1 163 160 710 $

Économie