•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La PPO arrête 60 personnes dans une affaire de pornographie juvénile

La Cour suprême a statué qu'il est raisonnable pour un individu de présumer que ses activités en ligne soient anonymes.

La Cour suprême a statué qu'il est raisonnable pour un individu de présumer que ses activités en ligne soient anonymes.

Photo : (Associated Press) CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) a porté 249 accusations contre 60 personnes arrêtées dans le cadre d'une affaire d'exploitation sexuelle de mineurs sur Internet. Les agents ont identifié 14 victimes jusqu'à présent.

Lors d'une conférence de presse à Vaughan aujourd'hui, les policiers ont indiqué avoir exécuté 99 mandats de perquisition. Les 60 individus arrêtés, dont trois mineurs, viennent d'un peu partout en Ontario. « Ce n'est pas seulement un problème dans les grandes villes », a dit Scott Naylor directeur de la section de la pornographie juvénile de la PPO.

La longue liste des accusations inclut entre autres des chefs d'agression sexuelle, de possession de pornographie juvénile, de fabrication et de distribution de pornographie juvénile. De la drogue et des armes prohibées ont aussi été saisies lors des opérations policières.

La Stratégie provinciale de protection des enfants contre l'exploitation et les agressions sexuelles sur Internet a mené cette enquête. Il s'agit d'un groupe qui coordonne le travail de plusieurs corps policiers de la province dans ce type d'affaires.

La PPO affirme que la plupart des personnes accusées ne se connaissent pas et qu'elles auraient agi de manière individuelle. « Elles se rendent sur des sites Internet sur lesquels des enfants sont présents », a expliqué Frank Goldschmidt, le coordinateur de la Stratégie provinciale. « Ils vont en ligne et ils sont très bons pour trouver des enfants afin d'en faire leur proie ». Selon lui, dans certains cas, les victimes étaient encouragées à utiliser leur caméra pour produire du matériel. Dans d'autres cas, le matériel était produit directement par la personne accusée.

Le surintendant de police en chef de la PPO, Don Bell, a affirmé que ces arrestations sont « un autre avertissement pour ceux qui commettent ces crimes monstrueux contre des enfants ».

La PPO s'attend à effectuer d'autres arrestations et porter d'autres accusations au cours des prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario