•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déficience intellectuelle : les travailleurs de soutien sous-payés

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'organisme Abilities Manitoba a publié un rapport qui stipule que les travailleurs de soutien sont sous-payés.

L'organisme Abilities Manitoba a publié un rapport qui stipule que les travailleurs de soutien sont sous-payés.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les agents de soutien qui travaillent avec des personnes ayant une déficience intellectuelle sont sous-payés au Manitoba et plus enclins à quitter leur emploi, rapporte l'organisme Abilities Manitoba, qui presse le gouvernement provincial de remédier à la situation.

Une étude dévoilée jeudi matin par l'organisme affirme que le taux de rétention du personnel est très faible, puisque les agents de soutien - qui fournissent des soins médicaux et personnels, de nutrition et autres - ne gagnent en moyenne que 12,06 $ de l'heure.

« Ces personnes peuvent gagner autant d'argent, ou même plus, en travaillant au Starbucks, chez McDonald's ou dans une station d'essence », lance la présidente d'Abilities Manitoba, Malinda Roberts.

La présidente d'Abilities Manitoba, Malinda Roberts.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La présidente d'Abilities Manitoba, Malinda Roberts.

Ed Barkman, père d'un jeune homme vivant avec une déficience, explique que son fils Matt a terminé ses études secondaires et travaille maintenant dans une épicerie à temps, mais que ses capacités intellectuelles ne lui permettront jamais de vivre seul.

M. Barkman est reconnaissant envers les travailleurs de soutien qui ont accompagné son fils jusqu'à présent. Par contre, un changement constant d'employés signifie que son fils a dû s'adapter à un nouvel accompagnateur une douzaine de fois.

En juillet, les employés du centre Community Living Selkirk, membres du Syndicat canadien de la fonction publique, ont accepté un mandat de grève. Peu avant que la grève s'amorce, le gouvernement provincial leur a promis six millions de dollars sur trois ans, afin d'élever les salaires à 13 $ et 14 $ de l'heure, d'ici 2017.

Malinda Roberts soutient que six millions de dollars sur une période de trois ans, « ce n'est pas suffisant pour résoudre cette crise et les conséquences négatives sur les personnes vivant avec une déficience intellectuelle ».

De son côté, la province s'est engagée à examiner de près le nouveau rapport d'Abilities Manitoba.

Pendant ce temps, Ed Barkman dit qu'il devra continuer de voir son fils Matt créer sans cesse des liens avec un travailleur à la suite de l'autre. « C'est difficile pour nous et pour Matt », dit-il.

Pour lire le rapport d'Abilities Manitoba : cliquez ici  (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !