•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frappes internationales en Syrie sont-elles légales?

Le président Obama à la tribune de l'ONU

Le président Obama à la tribune de l'ONU

Photo : Kevin Lamarque / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une coalition dirigée par les États-Unis lance une opération militaire contre le groupe armé État islamique en Irak et en Syrie. Mais ces frappes sont-elles légales en vertu du droit international?

Un texte de Denis-Martin ChabotTwitterCourriel

Devant l'ONU, le président Barack Obama demande au monde entier de joindre ses efforts pour combattre le groupe armé État islamique en Irak et en Syrie.

Déjà, 40 nations ont offert de se joindre à cette coalition. Aujourd'hui, nous demandons au monde entier de se rallier à cet effort.

Une citation de :Barack Obama, président des États-Unis

Mais cet appui qu'il demande est-il légal? En fait, l'approbation du Conseil de sécurité de l'ONU n'est pas toujours obligatoire avant d'entreprendre une telle action.

Ainsi, parce que l'Irak a demandé l'aide de la coalition menée par les États-Unis, et parce que le gouvernement syrien a été informé et se serait dit d'accord avec l'action de la coalition, elle serait légale en vertu de l'article 51 de la Charte de l'ONU, qui prévoit une exception à l'interdiction de l'emploi de la force.

Lors de la guerre en Afghanistan, en 2001, deux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU avaient appuyé ce droit des Américains à riposter aux attentats du 11 septembre. La première guerre du Golfe en 1991 (Nouvelle fenêtre) avait, elle aussi, été autorisée par le Conseil de sécurité à la suite de l'invasion du Koweït par l'Irak.

Le Canada avait d'ailleurs participé à ces opérations militaires.

Par contre, les guerres d'Irak en 2003 et du Kosovo en 1999 n'ont jamais fait l'objet de l'approbation de l'ONU. Elles étaient donc illégales, mais les Américains et leurs alliés les avaient jugées légitimes. Le Canada avait refusé de participer à la guerre en Irak en 2003 parce qu'elle n'avait pas été appuyée par l'ONU.


Pour voir quelques interventions militaires américaines dont la légitimité est contestée sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Épreuves des faits

Vous avez des idées? Une promesse, une donnée ou une citation que vous voudriez soumettre à l'épreuve des faits? Communiquez avec nous par l'entremise de notre journaliste ou écrivez-nous dans les commentaires ci-dessous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !