•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe islamiste algérien menace d'exécuter un otage français au nom de l'EI

L’otage français Hervé Pierre Gourdel entre deux membres du groupe Djound al-Khilafa, lié à l'État islamique.

L’otage français Hervé Pierre Gourdel entre deux membres du groupe Djound al-Khilafa, lié à l'État islamique.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les ravisseurs du Français enlevé en Algérie menacent de l'exécuter dans les 24 heures si la France n'interrompt pas ses opérations militaires en Irak contre le groupe armé État islamique (El). Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a répliqué qu'il n'est pas question de céder aux menaces.

Dans une vidéo du groupe algérien Jound al-Khilafa (les soldats du Califat), qui a fait allégeance à l'EI, l'otage Hervé Pierre Gourdel demande au président français François Hollande de le sortir de cette situation. On le voit assis sur le sol, entouré de deux hommes masqués, armés de mitrailleuses Kalachnikov.

Dans la vidéo, authentifiée par le ministère français des Affaires étrangères, Hervé Pierre Gourdel affirme qu'il est originaire de Nice et qu'il est guide de haute montagne. Il précise être arrivé samedi en Algérie et avoir été kidnappé dimanche soir.

La revendication de l'enlèvement de Hervé Pierre Gourdel a eu lieu quelques heures après un appel du groupe armé État islamique aux musulmans, auxquels il a suggéré de s'en prendre aux civils dans les pays qui lui ont déclaré la guerre.

« Les menaces proférées par ce groupe terroriste témoignent une fois encore de la cruauté » de l'EI, peut-on lire dans le communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.